Le palais de justice de Trois-Rivières.

Arnaque de grands-parents: deux hommes plaident coupables

Alexandre Dubé et Sébastien David Perez Sauvé ont disposé de leurs dossiers, jeudi, en plaidant coupable à des accusations de fraude contre des personnes âgées, dont une sexagénaire de Trois-Rivières.
Les deux jeunes de Montréal ont en effet admis avoir participé à 11 arnaques de grands-parents entre le 13 janvier et le 2 février 2016, jour de leur arrestation à Trois-Rivières. Ils agissaient comme collecteurs auprès des victimes pour le compte de Steven Devantro. Outre l'arnaque commise à Trois-Rivières les 1er et 2 février, les autres crimes ont eu lieu à Drummondville. Cowansville, Saint-Jérome, Salaberry-de-Valleyfield et à Brigham. 
Dubé, 21 ans, et Perez-Sauvé, 20 ans, ont plaidé coupables à 13 chefs d'accusation soit cinq fraudes, sept tentatives de fraudes et une supposition de personnes. Le montant total qui a été floué aux cinq victimes est de 50 200 $. L'une des victimes, âgée de 77 ans, a notamment perdu 19 000 $. Les arnaqueurs lui ont en effet réclamé de l'argent sous de faux prétextes à trois reprises en deux jours. Quant au montant des tentatives de fraudes, il est estimé à 31 700 $. 
Comme l'a expliqué Me Martine Tessier, procureure de la Couronne, les deux individus travaillaient pour Steven Devantro, notamment. C'est lui qui s'occupait de contacter les personnes âgées. Elles étaient choisies en fonction de leur prénom à consonance ancienne comme Rita, Yolande, Cécile, etc.
Le modus operandi consistait à se faire passer pour un enfant ou un petit-enfant lors d'un premier contact téléphonique auprès de la victime. Le fraudeur prétendait avoir un urgent besoin d'argent après avoir été victime d'un accident de la route ou arrêté par les policiers, et ce, afin de payer une caution ou encore les honoraires d'un avocat. 
Dans le cas de Steven Devantro, il avait mis au point un système comprenant un scénario très précis incluant même les réponses à formuler. Pour ajouter de la crédibilité à l'arnaque, un autre individu pouvait même se faire passer pour un policier. Une fois le contact établi, des individus étaient embauchés pour se rendre aux adresses des victimes et recueillir l'argent. C'est le cas d'Alexandre Dubé et Sébastien David Perez Sauvé qui recevaient une commission de 300 $. 
En énumérant au juge Bruno Langelier la liste des victimes et leur âge, Me Tessier a pris soin de souligner que des caméras de surveillance avaient notamment filmé l'une de ces personnes âgées partir en pleine tempête de neige à pied, avec son déambulateur, pour aller chercher l'argent, croyant réellement qu'un membre de sa famille était dans le besoin. 
Steven Devantro a d'ailleurs été condamné à purger une peine de six ans de pénitencier pour avoir fraudé ou tenté de frauder pas moins de 70 personnes âgées en 2015 et 2016. 
Au nombre de ses victimes, on comptait cette femme de Trois-Rivières qui avait été arnaquée de 7000 $ le 1er février 2016. Ce sont ses deux fils qui avaient réussi à intercepter Alexandre Dubé et Sébastien David Perez Sauvé en attendant l'arrivée des policiers. Ils avaient découvert le pot aux roses alors qu'on tentait de lui extorquer 5000 $ supplémentaires. C'est à partir de cet événement que la police avait été capable de remonter jusqu'à Steven Devantro.
Les plaidoiries sur sentence de Dubé et Pérez-Sauvé ont été fixées au 23 octobre. D'ici là, un rapport présentenciel sera confectionné.