Amosi Niyonkuru

Amosi Niyonkuru arrêté encore une fois pour bris de conditions

Trois-Rivières — Amosi Niyonkuru, ce jeune homme soupçonné être l’auteur d’un délit de fuite mortel au pied de la côte Plouffe à Trois-Rivières en juillet 2018, vient d’être arrêté une nouvelle fois pour avoir enfreint ses conditions de remise en liberté.

Il a été intercepté dans la nuit du 19 au 20 novembre, vers 3 h 45, sur la rue Lindsay à Drummondville par la Sûreté du Québec au volant d’un véhicule, alors qu’il n’avait pas le droit de conduire. Qui plus est, il n’aurait pas respecté son couvre-feu l’obligeant à demeurer chez lui entre 22 h et 6 h. Des accusations de bris de conditions ont donc été portées contre lui. Il a aussi été accusé d’avoir refusé de fournir un échantillon d’haleine.

Lors de sa comparution au palais de justice de Drummondville mercredi après-midi, la Couronne s’est évidemment objectée à sa remise en liberté. Son enquête sur détention a été reportée au 22 novembre.

Rappelons que le jeune homme est soupçonné d’être l’auteur d’un délit de fuite qui avait causé la mort de Jeannot Beaupré, 63 ans le 19 juillet. Intercepté pour une plaque d’immatriculation impayée, il aurait plutôt fui les lieux à toute vitesse avant de percuter le véhicule de la victime.

Le 23 juillet 2018, il avait pu reprendre sa liberté mais avec certaines conditions dont un couvre-feu. Or, un mois plus tard, toujours à Drummondville, il avait été arrêté pour avoir enfreint ce couvre-feu. Il avait alors été remis en liberté malgré une requête visant à obtenir la révocation de son cautionnement.

Le tribunal avait cependant pris des précautions supplémentaires pour s’assurer qu’il comprenait bien ses conditions et qu’il n’y aurait pas de méprise possible puisque sa langue première n’est pas le français.

Ce dossier de bris de conditions doit revenir en 2020 au palais de justice de Drummondville. Quant à la cause relative à l’accident mortel, elle a été reportée au prochain terme des assises le 5 décembre.

Notons que parmi ses conditions, il avait également des engagements financiers pour s’assurer du respect de ses conditions dont un montant de 10 000 $ sans dépôt de sa part et 5000 $ sans dépôt de son père.