Alexis Vadeboncoeur

Alexis Vadeboncoeur écope 15 mois de prison pour vente de cannabis

Shawinigan — Alexis Vadeboncoeur a profité de son retour devant le tribunal cette semaine, au palais de justice de Shawinigan, pour régler ses dossiers liés à ses plus récentes incartades, ce qui lui a valu une peine de 15 mois de prison.

En tenant compte de sa détention préventive, calculée à temps et demi, il lui reste 11 mois à purger. Il sera ensuite sous probation pendant deux ans dont la première année sous surveillance.

Rappelons que le 18 février dernier, alors qu’il entamait sa première journée au Carrefour formation Mauricie, il aurait menacé un élève âgé de 18 ans. Selon les policiers qui l’avaient arrêté, il était même en possession d’un couteau. Son véhicule et un logement de la rue Georges à Shawinigan avaient ensuite été perquisitionnés. Une imitation d’arme de poing avait été trouvée dans son véhicule.

Les enquêteurs avaient aussi mis la main sur plusieurs grammes de cannabis. En bout de ligne, il avait donc été accusé d’avoir proféré des menaces de causer la mort ou des lésions corporelles, d’avoir eu en sa possession un couteau dans un dessein dangereux ainsi qu’une arme à feu alors que cela lui était interdit. Des accusations avaient également été portées contre lui en vertu de la nouvelle Loi sur le cannabis. Les policiers avaient découvert chez lui des affiches sur lesquelles il faisait la promotion de ses services comme livreur d’alcool, de tabac et de cannabis.

Les discussions entre son avocat, Me André Melançon, et la procureure de la Couronne, Me Catherine Vincent, ont donné lieu à une entente. Il y a eu arrêt des procédures ou acquittement sur les accusations liées à la violence telles que menaces et possession d’un couteau et d’une arme à feu. Au niveau des infractions liées au cannabis, Vadeboncoeur a plaidé coupable aux accusations de vente et distribution de cannabis, vente de cannabis à deux agents doubles et d’avoir offert du cannabis à des adultes. Avant son arrestation pour les prétendues menaces à un élève du Carrefour formation Mauricie, le jeune homme faisait en effet l’objet d’une enquête pour le trafic de cannabis. Quant au chef d’avoir offert du cannabis à des mineurs, il a été retiré.

Il a ainsi plaidé coupable à trois chefs sur sept. Du même coup, la suggestion commune de sentence des avocats a été entérinée par le juge David Bouchard.

Son avocat, Me Melançon, a précisé qu’il s’agissait d’une des premières condamnations au pays liées à la nouvelle Loi sur le cannabis. Par ailleurs, il a pris soin de mentionner au tribunal qu’il avait demandé au centre de détention de permettre à son client de consommer du cannabis à des fins médicales et même de lui en fournir sous forme d’huile ou de dérivés au même titre que les médicaments sous ordonnance qui sont administrés aux détenus, mais que cela lui avait été refusé. «Les conséquences pour mon client ont été importantes durant sa période de détention car cela lui a causé beaucoup d’anxiété. Il est important de savoir qu’il est titulaire d’un certificat de Santé Canada qui lui permet de consommer du cannabis à des fins thérapeutiques. Dans les discussions avec la Couronne, c’était donc très important que son temps préventif soit calculé à temps et demi», a-t-il conclu.

Vadeboncoeur est cet individu dont l’arrestation filmée le 2 février 2013 à la suite d’un vol qualifié dans une pharmacie avait défrayé à plus d’une reprise les manchettes. Vadeboncoeur avait été condamné à purger une peine de quatre ans et demi de prison pour une série de crimes. Il avait pu reprendre sa liberté complète en novembre dernier.