Alexis Vadeboncoeur a été hospitalisé après avoir fait une crise d'épilepsie, semble-t-il.

Alexis Vadeboncoeur conduit à l'hôpital

Alexis Vadeboncoeur n'a pu être ramené devant le tribunal, mardi matin, en raison de problèmes de santé, possiblement une autre crise d'épilepsie.
Le personnel du centre de détention a en effet dû le conduire à l'hôpital au cours des derniers jours. Son avocat, Me René Duval, a indiqué hier à la juge Dominique Slater qu'il ignorait pendant combien de temps son jeune client devrait être hospitalisé. Il avait appris cette nouvelle la veille.
Selon ce qu'on lui a communiqué comme information, Vadeboncoeur aurait été victime d'un autre épisode d'épilepsie mais il n'en savait pas plus. Il a donc demandé à ce que son enquête sur détention soit reportée au 26 mars, toujours pour la forme.
En novembre dernier, Vadeboncoeur avait subi une première crise d'épilepsie dans des circonstances semblables à la prison de Trois-Rivières. Il venait d'être coffré pour des bris de conditions. Encore là, les procédures judiciaires avaient dû être reportées en raison de son état de santé.
D'autre part, la Couronne a annoncé qu'une nouvelle accusation venait d'être déposée contre le suspect. Il devra donc comparaître formellement sur ce nouveau chef lors de son retour en cour le 26 mars.
Il s'agit d'introduction par effraction en lien avec un événement survenu le 11 octobre 2012 dans un logement de la rue De Courval à Trois-Rivières, soit bien avant l'arrestation musclée qui l'a rendu célèbre en février 2013. Vadeboncoeur serait entré dans le domicile d'un individu pendant son absence. Celui-ci lui devait, semble-t-il, de l'argent. Il aurait fouillé les lieux avec l'espoir de se rembourser.
Rappelons que Vadeboncoeur a été arrêté vendredi dernier après une cavale de plus de deux mois. Les policiers lui ont mis la main au collet après qu'il eut présumément tenté un nouveau vol qualifié à la même pharmacie du boulevard des Récollets qu'il aurait cambriolée il y a un an.
Il a par la suite été formellement accusé de vol qualifié, de port de déguisement et de trois bris d'engagements. Il aurait en effet omis de garder la paix, d'avoir une bonne conduite, de ne pas posséder ou consommer de drogue et de ne pas se rendre à la pharmacie Jean Coutu du boulevard des Récollets à Trois-Rivières.
Ces accusations viennent donc se rajouter à celles déjà portées contre lui en janvier dernier pour d'autres bris d'engagements en s'enfuyant du centre de désintoxication d'Upton et celles relatives au vol qualifié commis à la pharmacie Jean Coutu et à son arrestation en février 2013.
Le sursis de son amie de coeur est révoqué
Par ailleurs, son amie de coeur, Stéphanie Villeneuve, a été elle aussi conduite en prison, hier, pour des manquements à son sursis.
L'an passé, elle avait en effet écopé d'une sentence de neuf mois d'emprisonnement dans la collectivité pour des infractions relatives aux stupéfiants.
Or, lorsque le jeune Vadeboncoeur a été arrêté le 14 mars dernier, il se trouvait chez Stéphanie Villeneuve et ce, depuis sa fuite du centre de désintoxication. Celle-ci a avoué aux policiers l'avoir hébergé depuis le 6 janvier. Par le fait même, elle a admis avoir manqué à ses engagements en s'injectant des narcotiques.
La Couronne a donc demandé la révocation totale du sursis qui lui avait été accordé. Les 13 jours qu'il lui restait à faire dans la collectivité seront donc purgés dans une prison.