Photo: Francois Gervais 13/11/17. TR, Palais de justice en automne

Alexandre Gareau subira une évaluation psychiatrique

Trois-Rivières (NM) — Alexandre Gareau, un récidiviste en matière de pornographie juvénile, devra subir une évaluation psychiatrique dans le cadre d’une requête visant à le faire déclarer délinquant dangereux ou à contrôler.

Cette requête du procureur de la Couronne, Me Jean-Marc Poirier, avait en effet été contestée par l’avocat du prévenu, Me Matthieu Poliquin, sous prétexte que les infractions commises ne comportaient pas de sévices graves en vertu des dispositions prévues à la loi.

Dans son analyse, le juge Jacques Trudel a certes reconnu que dans le cas présent, la possession, l’accession et la distribution de pornographie juvénile ne constituaient pas des infractions répondant à la définition de «sévices graves». Par contre, il estime que les gestes de leurre informatique auprès de jeunes constituent, du moins à ce stade-ci des procédures, des infractions incluant la notion de sévices graves. Et puisqu’il existe des motifs raisonnables de croire que Gareau pourrait être déclaré délinquant à contrôler en raison du risque de récidive, de son immaturité, de la peine de deux ans qui pourrait lui être imposée et de ses antécédents judiciaires, le juge a donc décidé de l’envoyer subir une évaluation dans une institution psychiatrique. Les experts pourront alors se prononcer sur son degré de dangerosité afin de savoir s’il remplit les critères pour être déclaré délinquant dangereux ou à contrôler. Le dossier reviendra devant le tribunal le 19 février.

Alexandre Gareau, connu aussi sous le nom de Jason Bradley, avait disposé en octobre dernier de ses dossiers en enregistrant des plaidoyers de culpabilité sur la majorité des chefs d’accusation portés contre lui, soit accession, possession et distribution de pornographie juvénile. Les délits ont été commis entre juin 2016 et juin 2017 à Shawinigan et Trois-Rivières.

Il avait également admis s’être livré à du leurre informatique en ayant des communications via Internet avec deux jeunes de 12 ans en 2017. Des photos explicites avaient été échangées et des gestes de masturbation avaient eu lieu lors de ces conversations.

Enfin, il avait plaidé coupable à des bris de conditions au Registre des délinquants sexuels (il lui était notamment interdit d’aller sur Internet) et à un bris de probation.

Lors d’une perquisition faite à son domicile le 14 juin 2017, les policiers avaient retrouvé dans ses ordinateurs et téléphones pas moins de 545 fichiers de pornographie juvénile. Sur ceux-ci, on pouvait surtout y voir des garçons âgés entre 6 et 14 ans.

Pour l’instant, Gareau demeure toujours détenu.

Rappelons qu’il a déjà été condamné à deux ans de pénitencier pour distribution de pornographie juvénile et attouchements sexuels sur un mineur en 2013.