Alexandre Courtemanche

Alexandre Courtemanche remis en liberté

Alexandre Courtemanche était de retour au palais de justice de La Tuque, lundi. Il est accusé de plusieurs bris de conditions et d'avoir exercé des voies de fait contre deux agents de la paix. L'individu, qui n'en est pas à ses premiers démêlés avec la justice, a été arrêté le 23 mai dernier au parc des Érables à La Tuque.
Alexandre Courtemanche aurait enfreint plusieurs conditions imposées dans d'autres dossiers, notamment de ne pas troubler l'ordre public, d'avoir une bonne conduite et de ne pas consommer de l'alcool. Il lui était également interdit de communiquer de quelque façon que ce soit avec une personne âgée de moins de 16 ans.
L'accusé, qui était sous le coup d'une ordonnance de probation de deux ans, aurait été aperçu visiblement intoxiqué avec une bière à ses côtés le 23 mai dernier au parc des Érables. Il était en train de parler avec un enfant d'environ 8 ans. 
Les policiers l'ont mis en état d'arrestation. L'individu aurait résisté en se débattant et il aurait tenté de frapper les policiers. L'accusé aurait également tenté de mordre un policier à plusieurs reprises dans le véhicule.
Alexandre Courtemanche a été remis en liberté sous plusieurs conditions notamment de garder la paix, d'avoir une bonne conduite, de ne pas consommer de boissons alcooliques et d'intégrer une thérapie le jour même au Domaine Perce-Neige à Sherbrooke. Il lui sera interdit de se trouver dans un parc public ou tout endroit susceptible d'accueillir des personnes âgées de moins de 16 ans. 
Il lui est aussi défendu de chercher, d'accepter ou de garder un emploi, rémunéré ou non, ou un travail bénévole qui le placerait en relation de confiance ou d'autorité vis-à-vis des personnes de moins de 16 ans.
Rappelons qu'en septembre 2016, il avait plaidé coupable à une autre accusation de voies de fait contre un agent de la paix, à plusieurs bris de conditions et à un bris d'engagement. L'individu avait été acquitté au même moment d'avoir proféré une menace de causer la mort ou des lésions corporelles aux élèves de l'école Centrale à La Tuque.
Le juge lui avait alors imposé 100 heures de travaux communautaires et une probation pour une période de deux ans. 
En 2015, Alexandre Courtemanche avait été acquitté des accusations de tentative de contacts sexuels. Il avait toutefois été déclaré coupable de voies de fait contre un agent de la paix agissant dans l'exercice de ses fonctions.