Des barrages routiers ont été érigés jeudi soir pas des policiers venus de différentes organisations pour sensibiliser les automobilistes aux conséquences de l’alcool au volant.

Alcool au volant: 3600 conducteurs contrôlés en trois heures

TROIS-RIVIÈRES — Les barrages routiers érigés jeudi soir à Trois-Rivières par une soixantaine de policiers ont permis à ces derniers de contrôler plus de 3600 conducteurs en trois heures. Ces barrages étaient organisés dans le cadre du lancement de l’Opération nationale concertée «Alcool ou drogue au volant, c’est criminel» et visaient à vérifier la capacité à conduire des automobilistes, de même qu’à les sensibiliser aux conséquences de l’alcool au volant.

Au cours de la soirée, les policiers ont soumis 22 conducteurs à un test de dépistage obligatoire et un conducteur a subi un test d’épreuves de coordination des mouvements, selon la DPTR. Personne n’a toutefois été arrêté pour avoir pris le volant avec les facultés affaiblies. En revanche, les policiers ont remis un constat pour une infraction liée à l’alcoolémie zéro et un autre pour un permis sanctionné.

Rappelons que les policiers présents aux barrages de jeudi soir provenaient de 20 organisations policières, dont la Direction de la police de Trois-Rivières, la Sûreté du Québec, Contrôle routier Québec, la Société de l’assurance automobile du Québec et l’association des directeurs de police du Québec. Des bénévoles d’Opération Nez rouge étaient également présents. Les barrages étaient dressés à l’entrée et à la sortie centre-ville de l’autoroute 40, de même qu’à l’angle des boulevards des Chenaux et du Saint-Maurice.

Cette opération nationale concertée se déroulera jusqu’au 2 janvier. Selon les corps policiers, au Québec, une centaine de personnes décèdent chaque année à la suite d’une collision impliquant un conducteur dont les facultés étaient affaiblies. Les agents de la paix de la province arrêtent chaque année environ 6000 personnes ayant conduit en étant intoxiquées par l’alcool ou la drogue.