Agressions dans des parcs de Shawinigan: Mario Hudon déclaré non-criminellement responsable

Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Mario Hudon, cet individu soupçonné avoir agressé sexuellement et harcelé des femmes dans des parcs de Shawinigan, a été déclaré non-criminellement responsable de ses gestes pour cause de troubles mentaux.

Lors de son retour devant le tribunal mercredi, l’individu de 55 ans, qui est représenté par Me Alain Blanchard, a en effet admis s’être livré aux crimes qui lui sont reprochés. Il a abordé des femmes d’âge adulte dans le but de se livrer à des attouchements sexuels. Dans le cas de l’une des plaignantes, il y a eu une agression sexuelle le 11 juin alors qu’elle prenait une marche dans un parc de la Promenade du Saint-Maurice et du harcèlement entre le 11 et le 14 juin dans le même secteur. L’autre présumée victime aurait pour sa part été harcelée le 13 juin.

Dans le cadre de l’enquête qui avait suivi ces événements, une policière aurait également été menacée par Mario Hudon. Finalement, il était aussi accusé d’avoir menacé de mort un voisin qui lui avait demandé de cesser de crier un soir de juin vers 23 h.

Le suspect avait dû se soumettre à une évaluation sur sa responsabilité criminelle. Le psychiatre avait par la suite conclu que Mario Hudon était en effet atteint de troubles mentaux au moment de la commission de ses délits.

À la lumière de ces informations, la juge Guylaine Tremblay l’a donc déclaré non-responsable criminellement pour cause de troubles mentaux de sorte que le dossier de Mario Hudon sera transféré à la Commission d’examen des troubles mentaux qui déterminera les mesures à appliquer dans son cas.

D’ici là, il devra demeurer dans un établissement du CIUSSS sauf pour des sorties ou des permissions autorisées par son médecin. Il a été recommandé qu’il prenne la médication requise. Il lui sera interdit de consommer de la drogue et de l’alcool et de communiquer avec les plaignants dans cette affaire.

À LIRE ÉGALEMENT Mario Hudon arrêté pour agression sexuelle et harcèlement dans des parcs