David Bédard est cet individu qui a déjà été condamné à une peine de dix ans de prison pour l'homicide involontaire de Sylvain Michaud à l'hôtel Frontenac dans le secteur Grand-Mère de Shawinigan en 2005. Sa peine de prison avait officiellement pris fin en mai 2016 mais il avait été libéré d'office au deux tiers de sa peine en 2012.

Agression armée au Lido: liberté sous conditions pour David Bédard

David Bédard, cet individu au lourd passé judiciaire qui a été arrêté pour une agression armée à la sortie d'un bar de Shawinigan, pourra reprendre sa liberté durant les procédures judiciaires intentées contre lui mais sous conditions.
Au terme d'une enquête sur caution qui s'est tenue mercredi après-midi, le juge Guy Lambert a en effet accepté de le libérer compte tenu des garanties offertes par la défense, de ses efforts de réhabilitation depuis sa sortie de prison et de la preuve contre lui.
Tel que l'a plaidé l'avocate de Bédard, Me Valérie Thiffeault-Duchemin, ce dernier est prêt à s'investir dans une thérapie pour traiter une problématique de dépendance aux stupéfiants et à l'alcool. Le prévenu aura donc l'obligation de compléter une thérapie fermée de six mois au Centre L'Autre côté de l'ombre. 
Rappelons que David Bédard est cet individu qui a déjà été condamné à une peine de dix ans de prison pour l'homicide involontaire de Sylvain Michaud à l'hôtel Frontenac dans le secteur Grand-Mère de Shawinigan en 2005. Sa peine de prison avait officiellement pris fin en mai 2016 mais il avait été libéré d'office au deux tiers de sa peine en 2012. 
Or, le 7 janvier 2017, Bédard aurait agressé un homme en le poignardant à deux reprises à l'extérieur du bar Le Lido. Il lui a notamment perforé un poumon. Bédard a donc été accusé de voies de fait graves, voies de fait causant des lésions et possession de cannabis. 
Selon la preuve recueillie par la Sûreté du Québec, c'est un ami de Bédard qui s'en est pris une première fois à la présumée victime en lui assénant un coup de verre à la tête avant de prendre la fuite en courant. Par la suite, Bédard et la victime ont tous les deux décidé de sortir à l'extérieur pour régler leurs comptes. Il faut dire qu'il y avait déjà eu une première altercation entre les deux hommes il y a quelques semaines dans un autre bar. Les raisons en sont inconnues. 
À l'extérieur, ils se sont chamaillés et des coups ont été échangés. Puis, la bataille s'est poursuivie plus loin. C'est à ce moment que Bédard aurait sorti un couteau pour poignarder la présumée victime. 
Dans une vidéo présentée à la cour, on voit par contre que c'est la présumée victime (un homme avec des antécédents en matière de violence) qui semble avoir le dessus sur l'agresseur. Sur ce point, le juge a pris soin de préciser que la preuve n'était «pas si convaincante» et qu'il laissera au juge du procès le soin de déterminer s'il pouvait s'agir d'un cas de légitime défense. 
Comme autre conditions, Bédard ne pourra pas avoir d'armes en sa possession (incluant des couteaux) et se rendre dans les bars.
Son dossier a été reporté au 7 avril.