Patrice St-Amand, un individu âgé de 41 ans de Saint-Luc-de-Vincennes, reviendra devant le tribunal le 14 janvier prochain. Il a été formellement accusé d’avoir tenté de causer le mort de Sylvie Lachapelle en causant des lésions graves, en lien avec la violente agression survenue à Parent la semaine dernière.
Patrice St-Amand, un individu âgé de 41 ans de Saint-Luc-de-Vincennes, reviendra devant le tribunal le 14 janvier prochain. Il a été formellement accusé d’avoir tenté de causer le mort de Sylvie Lachapelle en causant des lésions graves, en lien avec la violente agression survenue à Parent la semaine dernière.

Agression à Parent à l’hôtel Central: Patrice St-Amand accusé de tentative de meurtre

Audrey Tremblay
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste
LA TUQUE — Patrice St-Amand a été formellement accusé d’avoir tenté de causer la mort de Sylvie Lachapelle en lui infligeant des lésions graves, en lien avec la violente agression survenue à Parent la semaine dernière. Il a comparu, lundi, au palais de justice de La Tuque.

Le procureur de la Couronne s’est opposé à la remise en liberté de l’homme de 41 ans de Saint-Luc-de-Vincennes. Il reviendra devant le tribunal le 14 janvier prochain. D’autres accusations devraient alors être portées de voies de fait, menace et d’incendie criminel.

«Des accusations viendront la semaine prochaine, le dossier a été remis au stade de l’enquête sur remise en liberté pour mardi prochain. […] Je ne peux pas rentrer dans les détails, mais je pense qu’on peut prouver que les voies de fait étaient à ce point graves que l’intention criminelle de tuer y était. Il reste à le prouver, mais c’est notre prétention pour l’instant», a indiqué le procureur de la Couronne, Me Éric Thériault.

L’accusé a souligné en salle d’audience que ses «droits constitutionnels n’avaient pas été respectés quand il a parlé à l’avocate. Ce n’était pas confidentiel et tout le monde autour entendait ce qu’il se disait».

Patrice St-Amand se trouvait dans la région de La Tuque pour faire de la motoneige en compagnie d’un autre individu. Pendant son périple, il serait entré illégalement dans un chalet pour dormir. Le 2 janvier, il se serait rendu chez Ti-Rouge, un lieu d’hébergement en forêt situé près du lac Dandurand où une dizaine de personnes se trouvaient dans un chalet. Une chicane aurait alors éclaté et St-Amand aurait été expulsé de l’endroit.

Il se serait alors déplacé vers le bar de l’hôtel Central dans le village de Parent. Une autre chicane aurait alors éclaté et Patrice St-Amand aurait mentionné vouloir régler ses comptes avec Ti-Rouge.

Sylvie Lachapelle, la copropriétaire de l’hôtel Central, aurait tenté de calmer le suspect. C’est là qu’elle se serait fait agresser à coups de poing et coups de pied. La violente scène aurait d’ailleurs été filmée par une caméra de surveillance. 

Patrice St-Amand a par la suite été arrêté un peu plus tard par la Sûreté du Québec. L’autre individu arrêté dans cette affaire, âgé de 31 ans, pourrait comparaître à une date ultérieure.

Jean Dupont, le conjoint de Sylvie Lachapelle s’est dit rassuré que Patrice St-Amand soit encore derrière les barreaux.

Il a indiqué au Nouvelliste que Mme Lachapelle était sortie de l’hôpital de Trois-Rivières et qu’elle demeurait pour le moment chez un proche médecin à Québec.

«Elle est trop enflée et elle doit se présenter dans sept jours à Trois-Rivières pour voir s’il y a autre chose. Les douleurs devraient commencer à baisser tranquillement. […] Elle est forte en maudit. Elle a un bon moral. Elle dit qu’elle va revenir et que tout va être correct», a affirmé M. Dupont. 

«Elle ne se souvient pas de l’agression. Je ne sais pas si ça va revenir. Elle n’a pas fait de commotion cérébrale, au moins ça c’est une bonne nouvelle», a-t-il ajouté.

Ce dernier a également indiqué que de l’aide psychologique serait disponible pour les employés de l’hôtel Central à Parent dans les prochains jours. 

«Mon personnel est toujours dans l’inquiétude, les gens ne parlent que de ça. […] On va essayer, de façon légale, d’améliorer les choses pour que ce soit plus sécuritaire pour eux», a indiqué Jean Dupont. 

«Une personne va venir rencontrer les employés pour leur amener de l’aide», a-t-il ajouté.

Rappelons que l’ancienne conseillère municipale du secteur de Parent, Sylvie Lachapelle, a dû subir une importante opération vendredi soir, à Trois-Rivières. Son conjoint affirme qu’elle a subi une fracture du crâne, a eu la mâchoire déplacée et l’os situé sous son œil a été égrené.


Établissement à vendre

Depuis déjà quelques années, l’hôtel Central de Parent est à vendre. Des individus se sont d’ailleurs montrés intéressés. On espère que l’incident des derniers jours, le premier depuis qu’ils sont propriétaires, selon M. Dupont, n’aura pas d’effets négatifs.

«Je vais avoir 74 ans et Sylvie aussi est épuisée. Ça fait 20 ans qu’on a ça. On a eu des possibilités d’acheteurs dans le passé, mais on ne veut rien savoir des affaires de financement. Il y a quelqu’un d’intéressé présentement, il fait affaire avec l’agent immobilier […] C’est certain (qu’un événement comme celui-là) ce n’est pas pour nous aider, mais c’est la première fois en 20 ans», a indiqué Jean Dupont.