Le jeune présumé agresseur de l'école secondaire Val-Mauricie a été arrêté en fin de journée jeudi.

Agression à l'école Val-Mauricie: un adolescent plaide coupable

L'adolescent de 16 ans qui a été filmé en train de tabasser un élève à l'école secondaire Val-Mauricie de Shawinigan le 11 avril dernier a plaidé coupable à l'accusation portée contre lui, soit celle de voie de fait.
Lors de son retour devant le tribunal de la jeunesse jeudi, il a en effet admis avoir asséné plusieurs coups de poing et coups de pied à la victime. Selon ce qui a été révélé par la procureure de la Couronne, Me Gabrielle Guilbert, les événements ont commencé par une chicane verbale entre les deux élèves à l'intérieur de l'école. L'agresseur a ensuite attendu l'adolescent à l'extérieur à la fin des cours. C'est à ce moment que la bagarre a éclaté. 
On se rappelle que l'agression a été filmée et diffusée sur les réseaux sociaux. On peut y voir et entendre des élèves encourager l'agresseur à continuer pendant que la victime est au sol et tente de se protéger. 
Dans une déclaration écrite par la victime qui a été transmise à la juge Maryse Brouillette, on y apprend que le jeune adolescent doit maintenant vivre avec des conséquences importantes. Comme l'a relaté le procureur Me Éric Thériault, il craint de croiser son agresseur, sa confiance a été fragilisée et il se demande toujours pourquoi il a subi cette agression. Pire encore, il n'est pas retourné à l'école depuis les événements, ce qui l'oblige à suivre des cours à domicile, il a des idées suicidaires, il se livre à de l'automutilation et il a de la difficulté à dormir. Enfin, les coups qui lui ont été infligés lui ont causé des hématomes au visage, une dent cassée et des ecchymoses aux côtes. 
Pour guider le tribunal sur la sentence à prononcer, un rapport prédécisionnel sera confectionné à la demande de l'avocate de la défense, Me Valérie Thiffeault-Duchemin. L'adolescent reviendra en cour le 16 novembre pour recevoir sa peine. 
En tout, quatre jeunes avaient été interpellés pour leur participation directe ou indirecte. Deux ont été accusés de voie de fait dont l'agresseur principal. L'autre a été acquitté en juillet dernier. Enfin, deux autres n'ont pas été accusés mais ont plutôt subi des sanctions extrajudiciaires pour avoir participé à l'agression