Affaire Bettez: un débat qui porte sur les affidavits

Trois-Rivières — La cause de Jonathan Bettez, accusé de pornographie juvénile, était de retour mardi au palais de justice de Trois-Rivières.

Alors que des dates d’audiences devaient être fixées, le juge gestionnaire des instances, Jacques Lacoursière, a plutôt encouragé les parties à faire avancer le débat en vue d’un éventuel procès dont les dates n’ont toujours pas été fixées.

Encore une fois, les affidavits contenus dans les nombreux mandats émis contre Bettez se sont retrouvés au cœur du débat. L’avocat de Bettez, Me Marc-Antoine Carette, admet que ces documents lui ont bel et bien été remis dans le cadre de ses requêtes en divulgation de la preuve mais il soutient que plusieurs d’entre eux sont caviardés, au point d’être incompréhensibles dans certains cas. Dans une procédure qui s’est tenue à huis clos, il a donc demandé au juge que ces documents puissent être décaviardés pour en connaître le contenu exact. Toujours à huis clos, la poursuite a pour sa part été invitée à expliquer les motifs sous-jacents au caviardage des documents. 

Vraisemblablement, le juge devra prendre connaissance des deux versions afin de pouvoir prendre une décision et trancher sur la suite du débat entre les parties. 

Me Carette a aussi annoncé qu’il entendait déposer de nouvelles requêtes afin de pouvoir, le cas échéant, contre-interroger la policière qui a écrit ces affidavits. Il a aussi parlé d’une requête en exclusion de la preuve.

Par ailleurs, le juge a d’ores et déjà tranché une demande de la défense à l’effet que les mandats d’écoute électronique visant Jonathan Bettez émis dans le district judiciaire de Québec soient transférés à Trois-Rivières. Encore là, la défense voudrait faire lever les scellés sur ces mandats afin de connaître les circonstances dans lesquelles ils ont été obtenus.

Rappelons qu’en décembre dernier, Bettez avait été cité à subir un procès sur les dix accusations portées contre lui pour de la pornographie juvénile. Il s’agit plus précisément de possession et d’accession à de la pornographie juvénile entre le 30 septembre 2013 et le 29 août 2016, de même que possession, distribution et accession entre novembre 2009 et septembre 2013. 

Fait particulier, il n’avait pas assisté à son enquête préliminaire en raison d’une insuffisance rénale terminale. Encore mardi, il était absent. 

Bettez a été arrêté le 29 août 2016 à la suite d’une longue enquête. Même s’il est considéré comme un suspect par les policiers dans l’enlèvement de Cédrika Provencher, il a uniquement été accusé de crimes de pornographie juvénile.