Jonathan Bettez

Affaire Bettez: la défense renonce à contre-interroger une policière

Trois-Rivières — L’avocat de Jonathan Bettez, cet individu de Trois-Rivières accusé de crimes de pornographie juvénile, a finalement renoncé à son projet de pouvoir contre-interroger la policière qui a produit les affidavits ayant conduit à son arrestation.

C’est du moins ce qui a été annoncé par les parties ce lundi. Me Marc-Antoine Carette avait en effet informé le tribunal dans le passé qu’il voulait présenter une requête pour obtenir la permission de contre-interroger cette policière lors de l’enquête préliminaire de Bettez. 

Lors d’une audience précédente, la défense avait d’ailleurs obtenu du juge David Bouchard que la Couronne lui transmette dans un délai rapide la copie des 22 mandats de perquisition ayant conduit à l’arrestation de son client et plus précisément des affidavits qu’ils contenaient. Or, après l’obtention de ces documents, la défense a clairement décidé de faire marche arrière dans son projet de contre-interrogatoire. 

Il n’en demeure pas moins que le dossier suit toujours son cours normal puisque l’enquête préliminaire de Bettez devrait commencer comme prévu le 11 décembre et durer cinq jours.

Dans le processus judiciaire, l’enquête préliminaire est l’étape qui précède le procès. Elle vise entre autres à déterminer la force de la preuve soumise par la Couronne afin de savoir si elle est suffisante pour justifier la tenue d’un procès. 

Elle peut aussi permettre d’évaluer la crédibilité des témoins s’il y a lieu. 

Rappelons que le Trifluvien a été arrêté le 30 août 2016. 

Il est accusé de possession, de distribution et d’accession à de la pornographie juvénile de novembre 2009 à septembre 2013. Il doit aussi faire face à des chefs de possession et d’accession à de la pornographie juvénile entre le 30 septembre 2013 et le 29 août 2016. La preuve viendrait démontrer qu’il aurait visionné et rendu accessibles quelques centaines de fichiers de pornographie juvénile, où l’on peut voir entre autres des jeunes enfants âgés entre trois mois et 12 ans. 

Bien qu’il ait été fortement soupçonné d’être relié à l’enlèvement et au meurtre de Cédrika Provencher, il n’a jamais été accusé dans ce dossier.