Clermont Michaud a perdu la vie, le 29 novembre 2011, au port de Trois-Rivières.

Accident mortel aux Élévateurs de Trois-Rivières: laxisme dans la sécurité

Le coroner Jean Brochu vient de poser le point final à son rapport d'investigation rédigé à la suite du décès de Clermont Michaud au port de Trois-Rivières le 29 novembre 2011.
On se rappellera que M. Michaud, alors contremaître dans l'entreprise Les Élévateurs de Trois-Rivières, s'affairait au-dessus d'un silo à grains au port de Trois-Rivières lorsque le grillage métallique fixé sur une trappe a cédé sous ses pieds, l'entraînant dans une chute de plus de 30 mètres. Clermont Michaud ne portait pas de harnais de sécurité, puisqu'il n'était pas appelé à travailler à l'intérieur du silo. Au moment de l'accident, la victime installait un système d'éclairage afin de faciliter la tâche des employés chargés de faire l'entretien du silo.
«Un témoin rencontré par les enquêteurs a déclaré que les travailleurs oeuvrant dans le silo sont tenus de porter un harnais, mais que l'individu chargé d'éclairer ceux qui travaillent dans le silo n'a pas à en porter un», constate le coroner Brochu dans son rapport.
Selon l'enquête policière menée lors de cet accident, des agents en santé et sécurité du gouvernement fédéral auraient, entre autres, ordonné que la compagnie propriétaire des élévateurs à grains inspecte toutes les trappes pour s'assurer qu'elles soient conformes, obligeant du même souffle que tous les travailleurs soient équipés de harnais lorsqu'ils oeuvrent près des trappes au sommet des silos.
Ainsi, le coroner Brochu conclut que Clermont Michaud est décédé «d'un traumatisme craniocérébral très sévère, consécutivement à une chute d'une hauteur de plus de trente mètres. Il s'agit d'un décès accidentel.»