Sylvain Girard devra purger sa peine de prison a déterminé la Cour d’appel du Québec.
Sylvain Girard devra purger sa peine de prison a déterminé la Cour d’appel du Québec.

Accident de «speed boat» en 2012: Sylvain Girard doit purger sa peine d’emprisonnement

Trois-Rivières — Sylvain Girard, cet homme reconnu coupable en 2017 de négligence criminelle causant la mort d’Alexandre Bourque en août 2012 et de conduite dangereuse d’un bateau de type «speed boat», devra finalement prendre le chemin du pénitencier pour purger sa peine de 32 mois d’emprisonnement. Trois juges de la Cour d’appel du Québec ont rejeté jeudi l’appel et confirment la condamnation du juge de première instance.

«Rien ne permet de soutenir que le verdict est déraisonnable ou entaché d’une erreur de droit justifiant l’intervention de la Cour. Il s’agit d’un verdict qu’un juge pouvait raisonnablement rendre à la lumière de la preuve administrée au procès», écrit le juge Jacques Chamberland dans le jugement de la Cour d’appel. 

«Le juge s’est bien dirigé en droit et ne tire pas d’inférence ou conclusion de fait essentiellement au prononcé de son verdict qui serait contredit par la preuve ou incompatible avec celle-ci. Au contraire, les quelques erreurs soulevées par [Sylvain Girard], et qui sont fondées, sont périphériques et sans conséquence sur la solidité du verdict rendu.»

La Cour d’appel ordonne donc à Sylvain Girard «de se rendre aux autorités carcérales au plus tard le septième jour suivant l’arrêt de la Cour, à 16 h». Libéré seulement trois jours après son emprisonnement en raison des procédures d’appel, Sylvain Girard devra donc finalement purger sa peine de 32 mois près de trois ans plus tard. 

L’avocate qui représentait Sylvain Girard, Me Marie-Pier Boulet de BMD Avocats, reprochait notamment au juge de première instance d’avoir considéré la déclaration extrajudiciaire du 6 août 2012 de Sylvain Girard «sans se prononcer sur sa valeur probante» et d’avoir erré en rejetant sa défense. Rappelons que Sylvain Girard se défendait en affirmant que l’accident de bateau survenu le 4 août 2012 sur la rivière Saint-Maurice à Shawinigan était davantage attribuable à la conception du bateau qu’à sa conduite. 

L’ensemble des arguments évoqués par l’avocate de Sylvain Girard, dont certains étaient des questions de droit, a été rejeté par la Cour d’appel. 

Rappelons que l’accident qui a coûté la vie à Alexandre Bourque s’est produit le 4 août 2012 sur la rivière Saint-Maurice, à la hauteur du secteur de Saint-Jean-des-Piles à Shawinigan. Le jeune homme de 27 ans se trouvait avec plusieurs amis sur le bateau de Sylvain Girard. Ce dernier conduisait, selon plusieurs témoins rencontrés par les policiers, son embarcation de type «speed boat» à vive allure sur la rivière. 

Lorsque Sylvain Girard a effectué un virage serré à 180 degrés, plusieurs personnes ont été projetées par-dessus bord, dont Alexandre Bourque. Ce dernier a malheureusement sombré dans la rivière. Une seule personne portait à ce moment une veste de flottaison. 

Durant sa remise en liberté à la suite du dépôt de l’appel, Sylvain Girard avait contrevenu à deux reprises à ses conditions. Il avait conduit un véhicule à moteur alors qu’il n’était pas autorisé.