84 mois de prison pour Chad Blanchette-Linteau

Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Chad Blanchette-Linteau, cet individu de Trois-Rivières arrêté en mars 2019 lors du démantèlement d’un réseau de trafiquants de cocaïne dont il était la tête dirigeante, vient d’être condamné à sept ans de pénitencier.

En tenant compte de sa détention préventive depuis son arrestation, qui équivaut à 10 mois, il devra donc passer 74 mois derrière les barreaux. Qui plus est, plusieurs de ses biens ont été saisis à titre de produits de la criminalité, ce qui inclut une somme d’argent de 9600$, une moto (1000$), une motoneige (12 000$), un bateau (20 000$), un véhicule (8500$) et une remorque. Il devra par ailleurs déposer d’ici six mois la somme de 12 500$, à défaut de quoi sa résidence sera saisie au profit du Procureur général. Le montant total des biens confisqués comme produits de la criminalité dépasse donc les 63 000$. Enfin, il est à noter qu’il lui sera interdit d’avoir des armes en sa possession à perpétuité.

Cette sentence prononcée lundi par la juge Guylaine Tremblay fait suite à une suggestion commune soumise par le procureur de la Couronne, Me Julien Beauchamp-Laliberté, et l’avocat de la défense, Me David Edmunds. Leurs discussions des derniers mois ont de toute évidence porté fruit en vue de régler ce dossier, évitant ainsi la tenue d’un procès. Le prévenu a donc enregistré des plaidoyers de culpabilité sur huit des 14 chefs portés contre lui. Il a notamment admis s’être livré à du trafic de stupéfiants, d’avoir eu en sa possession des armes non autorisées ou prohibées telles qu’un Taser et d’avoir contrevenu aux ordonnances de la cour qui lui interdisaient d’en avoir.

Il a aussi admis avoir eu en sa possession des biens criminellement obtenus et d’avoir procédé au recyclage des produits de la criminalité. Enfin, il a plaidé coupable à un bris d’engagements. Il y a par ailleurs eu un arrêt des procédures sur les autres accusations qui avaient initialement été portées contre lui.

Chad Blanchette-Linteau avait été arrêté le 21 mars 2019 par l’Escouade régionale mixte (ERM) Mauricie dans le cadre du projet Pantois. Ce barbier de Trois-Rivières, autrefois responsable du Jack McGurn Barbier, sur la rue Saint-Georges, était considéré par les policiers comme le responsable d’un réseau de trafic de stupéfiants opérant dans la région. Au total, une dizaine de personnes avaient été accusées dans cette affaire en lien avec des infractions commises entre septembre 2018 et janvier 2019.

L’opération avait cependant été initiée à l’automne 2018. À la fin de janvier 2019, les policiers avaient d’ailleurs mené 18 perquisitions dans différentes résidences et commerces situés à Trois-Rivières (dont le salon de barbier), Bécancour et Sainte-Geneviève-de-Batiscan. Lors de ces frappes, les forces de l’ordre avaient saisi près de 3 kg de cocaïne, 2 kg de haschisch, 60 comprimés de méthamphétamine, 300 comprimés sous ordonnance, 33 000 $ en argent canadien ainsi que deux armes à feu dans la catégorie armes de poing, un pistolet à impulsion électrique, cinq véhicules, un bateau et une remorque à bateau, et finalement, du matériel électronique comme des ordinateurs et des cellulaires. Les arrestations avaient été effectuées dans la seconde phase du projet, soit en mars 2019.

Chad Blanchette-Linteau est bien connu des policiers. Il a notamment été condamné à 18 mois de prison pour avoir battu un client mécontent de sa coupe de cheveux en septembre 2017. Il compte aussi plusieurs antécédents judiciaires notamment en matière de violence, vol, drogue et arme à feu. En 2008, il avait aussi écopé de quatre ans de pénitencier pour avoir participé à une fusillade en avril 2007 à Trois-Rivières.

À LIRE 18 mois de prison pour Chad Blanchette-Linteau