Des comprimés de méthamphétamine.

23 mois de prison pour Lucette Boisvert

La Tuque — Lucette Boisvert, une femme de 64 ans, a réglé ses dossiers au palais de justice de La Tuque, jeudi. Elle a reconnu sa culpabilité à plusieurs chefs d’accusation en lien avec la drogue. Le juge l’a condamnée à 23 mois d’emprisonnement.

Lucette Boisvert avait été arrêtée par les policiers de la Sûreté du Québec pour une vérification pour une conduite sous l’effet de stupéfiants. 

Les policiers avaient découvert dans le sac à main de l’accusée du cannabis, des méthamphétamines, des médicaments et des champignons magiques.

Elle a reconnu sa culpabilité pour du trafic de méthamphétamine, de la possession de méthamphétamine en vue d’en faire le trafic et de trafic de cannabis. 

Les avocats ont fait une suggestion commune de 20 mois d’emprisonnement et une probation de 24 mois, mais le juge Jacques Trudel ne l’a pas entérinée. Il l’a qualifiée d’inappropriée. Il a plutôt imposé 23 mois d’emprisonnement assorti d’une probation de 24 mois.

«Le tribunal doit tenir compte des réalités régionales», a noté le juge.

«Je vais suivre la suggestion de peine de détention provinciale. En même temps, je demeure convaincu qu’une peine identique à la dernière à plus ou moins un mois serait une peine qui ne serait pas dissuasive», a-t-il ajouté.


Lucette Boisvert

Le juge Jacques Trudel a souligné qu’il s’agissait d’une infraction grave et qu’il s’agissait d’une récidive. À sa sortie de prison, la femme de 64 ans devra également faire les démarches afin d’obtenir une place au Pavillon de l’Assuétude pour suivre une thérapie à l’interne.

«Vous devrez la suivre, la compléter et la réussir», a indiqué le juge.

La femme n’en était pas à ses premiers démêlés avec la justice. En 2011, elle avait été condamnée à plusieurs mois d’emprisonnement et trois ans de probation pour des événements reliés aux drogues. En 2012 également, elle a été condamnée à de l’emprisonnement pour du trafic de drogues .