Le ministre responsable de la région de la Mauricie et ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, et la ministre de la Justice et procureure générale du Québec, Sonia LeBel en compagnie de Roxanne Lemieux, PhD et Psychologue et professeure-chercheuse à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

157 321 $ pour soutenir les victimes d’actes criminels

LA TUQUE — Trois projets venant en aide aux victimes d’actes criminels de la région de la Mauricie pourront compter sur l’aide de Québec. Une subvention de plus de 157 000 $ a été annoncée, lundi, par le ministre responsable de la région de la Mauricie et ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, et la ministre de la Justice et procureure générale du Québec, Sonia LeBel.

La somme de 157 321 $ sera destinée à trois projets dans la région. Le Conseil de la nation Atikamekw pourra bénéficier de 68 205 $ pour le programme Interventions familiales en territoire - Rassemblement familial historique 2018-2019.

L’Université du Québec à Trois-Rivières, quant à elle, mettra la main sur 40 213 $ pour le projet Développement de pratiques sensibles aux traumas de nature sexuelle dans le contexte de soins périnataux et 48 903 $ pour le projet Être parent après avoir été victime d’abus ou de traumatismes.

«Il n’est jamais facile de reprendre le cours normal de sa vie après avoir été victime d’un acte criminel. Il est donc du devoir du gouvernement de mettre en place diverses mesures pour venir en aide aux victimes. Nous sommes fiers de soutenir des organismes venant en aide aux victimes en leur octroyant une somme de 1 750 000 $ dans le cadre du Programme. Je suis convaincue que ces projets auront des retombées positives partout au Québec, et ce, tant auprès des victimes que de leurs proches», a affirmé Sonia LeBel, ministre de la Justice et procureure générale du Québec.

À l’échelle provinciale, le gouvernement va soutenir 26 projets. L’octroi des montants s’inscrit dans le cadre du Programme de subvention pour favoriser la recherche, l’information, la sensibilisation et la formation en matière d’aide aux victimes d’actes criminels. Pour l’année 2018-2019, une priorité a été accordée aux projets destinés aux victimes de violences sexuelles et conjugales, ainsi qu’aux projets leur facilitant l’accès à des services d’aide.

«Je suis convaincu que les organismes bénéficiant d’une subvention dans le cadre du Programme sauront agir concrètement auprès des victimes de notre région, de même qu’au développement d’une expertise qui profitera à l’ensemble des Québécoises et Québécois. Je salue la volonté de notre gouvernement de soutenir des projets qui auront des effets positifs pour nos concitoyens et concitoyennes», a conclu Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie.