15 mois de prison pour Daniel Fiset

Trois-Rivières — Daniel Fiset, un homme de 64 ans autrefois domicilié à Trois-Rivières, a été condamné à une peine de 15 mois de prison pour des crimes de pornographie juvénile.

Cet individu avait été arrêté par l’Équipe d’enquête sur l’exploitation sexuelle des enfants sur Internet en octobre 2015. Il avait été repéré par les forces policières allemandes lors du téléchargement d’un fichier de porno juvénile très violent montrant un adulte en train d’avoir des relations sexuelles vaginales et anales avec un enfant de cinq ans.

Une perquisition menée à son domicile avait permis de découvrir dans ses ordinateurs près de 70 000 fichiers de pornographie juvénile incluant des fichiers de nudité. Selon la preuve recueillie, il affectionnait tout particulièrement les photos et vidéos mettant en scène des fillettes en bas âge.

En juillet 2017, il avait plaidé coupable à sept des dix chefs d’accusation dans le dossier de pornographie juvénile, soit possession et distribution de pornographie juvénile entre le 28 octobre 2007 et le 28 octobre 2015 et d’avoir produit du matériel illicite le 28 octobre 2015. Il avait également reconnu sa culpabilité à une accusation de bris d’engagement en accédant à Internet en dépit d’une interdiction émise par le tribunal lors de sa libération.

Dans cette affaire, le procureur de la Couronne, Me Jean-Marc Poirier, a réclamé une peine de 20 mois de prison en insistant sur la nature des fichiers, leur nombre et sur la période délictuelle. Son avocat, Me Pierre Spain, a plutôt suggéré la peine minimale, soit un an de prison en rappelant que son client était prêt à suivre une thérapie.

La juge Dominique Slater a finalement tranché pour une peine de 15 mois de prison assortie d’une probation. Il sera également interdit à Fiset de se trouver dans des lieux publics comme les parcs et les terrains d’école où des enfants de moins de 16 ans peuvent se trouver, d’avoir des contacts avec eux et d’occuper un emploi qui le placerait en leur présence.

Lors de son témoignage, Fiset a dit regretter les gestes posés. Il a prétexté être tombé dans le cycle de la cyberdépendance. Il a aussi parlé des nombreux dommages collatéraux que son arrestation avait causés dans sa vie. Il a notamment perdu son emploi et a dû déménager dans une autre ville parce qu’il se sentait pointé du doigt.

Notons en terminant qu’il ne faut pas confondre ce Daniel Fiset avec un autre Daniel Fiset de Trois-Rivières, un courtier immobilier à la retraite bien connu dans la région.