Faits divers

Alexis Vadeboncoeur encore dans l'eau chaude

SHAWINIGAN — À son retour sur les bancs d’école, il n’aura fallu que deux heures à Alexis Vadeboncoeur pour se faire montrer la porte de sortie les menottes aux poignets. En effet, à sa première journée au Carrefour formation Mauricie, lundi, ce jeune homme de 25 ans, bien connu pour ses frasques judiciaires, aurait menacé un autre élève âgé de 18 ans. En plus, lors de son arrestation, les policiers ont découvert qu’il était en possession d’un couteau.

Sept chefs d’accusation ont été portés contre lui, mardi matin, au palais de justice de Shawinigan, soit d’avoir proféré des menaces de causer la mort ou des lésions corporelles, d’avoir eu en sa possession un couteau dans un dessein dangereux ainsi qu’une arme à feu alors que cela lui était interdit. Il s’agirait en fait d’une imitation d’arme de poing. Les autres accusations ont trait à la Loi sur le cannabis. Il est accusé de vente de cannabis et de possession dans le but d’en faire le trafic.

Sans surprise, la Couronne s’est opposée à sa remise en liberté. Il a accepté que son enquête sur remise en liberté soit
reportée au-delà du délai de trois jours. Il reviendra donc devant la cour lundi.

Les policiers de la Sûreté du Québec ont arrêté Vadeboncoeur, vers 11 h 40, au Carrefour formation Mauricie, un centre de formation professionnelle, situé sur la rue Albert-Tessier, à Shawinigan. Son véhicule et un logement de la rue Georges à Shawinigan ont été perquisitionnés. L’imitation d’arme de poing a été trouvée dans son véhicule. Les enquêteurs ont aussi mis la main sur une quarantaine de grammes de cannabis. 

De plus, il semble que Vadeboncoeur voulait faire la promotion de ses services comme livreur à domicile de divers produits comme l’alcool, le tabac et le cannabis. En effet, les policiers ont découvert chez lui des affiches quelque peu particulières. «Ce sont des affiches sur lesquelles il était inscrit «legal seller», «livraison rapide» et «secteur de Trois-Rivières et Shawinigan». Il y avait aussi le logo de la SQDC», explique la sergente Éloïse Cossette, porte-parole de la Sûreté du Québec.

Il n’est pas près de remettre les pieds au Carrefour formation Mauricie. «Il est suspendu de façon permanente», affirme Renée Jobin, porte-parole de la Commission scolaire de l’Énergie. 

«Tout a été fait pour assurer la sécurité des élèves. On a incité la personne qui a été victime de menaces à communiquer tout de suite avec la Sûreté du Québec pour porter une plainte formelle», ajoute-t-elle.

Le dernier passage de Vadeboncoeur devant le tribunal remonte à seulement un an. Il avait plaidé coupable à une accusation de possession de cannabis synthétique et avait écopé d’une sentence de 30 jours de prison. Ceux-ci devaient être purgés de façon concurrente à une peine qui lui avait été imposée en décembre  puisque les deux infractions étaient survenues lors du même événement.

Vadeboncoeur est surtout connu pour avoir fait l’objet d’une arrestation musclée de la part de policiers de Trois-Rivières le 2 février 2013 à la suite d’un vol qualifié dans une pharmacie. Les quatre policiers qui avaient procédé à cette arrestation avaient par la suite fait face à la justice. À la suite d’un retentissant procès, trois d’entre eux avaient été acquittés sur toute la ligne alors que le quatrième avait été déclaré coupable de voie de fait simple.

Pour sa part, Vadeboncoeur avait été condamné à purger une peine de quatre ans et demi de prison après avoir plaidé coupable, en avril 2014, à plusieurs accusations dont deux vols qualifiés dans la même pharmacie du boulevard des Récollets, à Trois-Rivières. Libéré d’office
après avoir purgé les deux tiers de sa peine en mars 2017, sa liberté avait été révoquée en décembre de la même année en raison de sa condamnation pour possession de cannabis. Sa peine devait se terminer à l’automne 2018. Il était donc en liberté depuis seulement quelques mois lors de son arrestation lundi.

Faits divers

Suspect à identifier pour le vol d’une photographe

SHAWINIGAN — La Sûreté du Québec demande l’aide de la population pour identifier le suspect d’introductions par effractions survenues à Shawinigan. Il serait le suspect du vol d’équipements de photographie professionnelle, appartenant à la photographe Geneviève Trudel, survenue le 5 février dernier dans une résidence du secteur Grand-Mère.Rappelons que le voleur était alors reparti avec des équipements valant près de 20 000 $.

Une deuxième introduction par effraction, dont il serait l’auteur, a eu lieu le 6 février dans une résidence du chemin du parc national du secteur Saint-Jean-des-Piles. Le suspect, dont un portrait-robot a été publié lundi par la SQ, mesure près de 1,73m ( 5pi 8 po), pèse environ de 73 kg (170 lbs) et a les cheveux foncés. Toute information pouvant permettre d’identifier ce suspect peut être communiquée de façon confidentielle à la Centrale d’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

Faits divers

Incendie au centre-ville de Trois-Rivières

TROIS-RIVIÈRES — Un immeuble de quatre logements a été lourdement endommagé par les flammes lundi après-midi, au centre-ville de Trois-Rivières. Les flammes, qui se sont déclarées au 440 de la rue Sainte-Angèle, ont complètement ravagé le deuxième étage de cet immeuble multilogements, à l’intérieur duquel se trouvait une seule personne qui n’a heureusement pas été blessée.

«Nous avons eu un appel pour de la fumée qui s’échappait du second étage d’un immeuble. Plusieurs pompiers se sont mis en direction et à notre arrivée, les flammes étaient déjà apparentes», résume le lieutenant Stéphane Brisson de la Direction des incendies de Trois-Rivières.

Actualités

Robby Petiquay accusé de crimes sexuels

La Tuque — Robby Petiquay, ce joueur de hockey senior qui avait blessé gravement Julien Gauthier en lui assénant un violent coup de poing au visage lors d’une bagarre générale, se retrouve mêlé à une histoire devant les tribunaux à La Tuque. Il doit répondre à des accusations de natures sexuelles. Ses dossiers étaient de retour, jeudi, au palais de justice de La Tuque.

Robby Petiquay est accusé d’avoir, entre le 23 avril 2012 et le 22 avril 2014, à des fins d’ordre sexuel, touché une partie du corps d’un enfant âgé de moins de 16 ans. Il est également accusé d’avoir, à des fins d’ordre sexuel, invité, engagé ou incité un enfant âgé de moins de 16 ans à le toucher.

Actualités

30 mois de prison pour une série de vols

La Tuque — Patrick Moreau a été condamné à 30 mois d’emprisonnement, la semaine dernière au palais de justice de La Tuque, pour une série de vols survenue entre le 6 et le 14 octobre dans la région.

Les vols étaient l’œuvre d’un groupe d’individus de Shawinigan. Les événements auraient commencé par un vol de deux véhicules à l’ancienne usine Belgo de Shawinigan. Quelques jours plus tard, les suspects auraient utilisé un des deux véhicules pour se rendre à La Tuque. Ce véhicule aurait été abandonné en raison d’une crevaison sur la route 155.

Actualités

Le toit de l’ancien garage municipal de Grand-Mère s’effondre

Le bilan des effondrements de bâtiments dans la région s’est encore alourdi dimanche, alors qu’une partie de la toiture de l’ancien garage municipal de Grand-Mère s’est écroulée.

Le toit du bâtiment situé sur la 1re avenue, qui est utilisé comme entrepôt depuis 2012, s’est affaissé au cours de l’avant-midi. Des employés municipaux ont été envoyés sur place pour s’assurer que personne ne s’aventure sur les lieux. Des photos du sinistre montrent des véhicules de la Ville de Shawinigan ensevelis sous les décombres. On ignore toutefois l’ampleur des dégâts.

«Oui, on avait du matériel à l’intérieur, mais on ne peut pas entrer pour le moment, indique François St-Onge, directeur des communications à la Ville de Shawinigan. Un ingénieur du bâtiment va venir demain (lundi) et nous dira si on peut entrer de manière sécuritaire.»

Actualités

Luc Manuel Thibodeau se livre

Trois-Rivières — Luc Manuel Thibodeau, un résident de Shawinigan visé par l’opération menée la semaine dernière contre des réseaux de trafic de stupéfiants liés aux Hells Angels dans l’est du Québec et au Nouveau-Brunswick, s’est livré aux policiers samedi.

Selon ce qu’a appris La Presse, Thibodeau comparaîtra lundi à 11 h au palais de justice de Québec pour y être accusé de complot, de possession de cocaïne dans un but de trafic, de trafic de cocaïne, et de possession et trafic de biens criminellement obtenus.

Actualités

Soulagement à Trois-Rivières: aucune victime dans l'effondrement d'un commerce

Trois-Rivières — Après avoir craint que quelqu’un soit coincé dans les décombres de l’entreprise Kenny U-Pull, dont le toit s’est effondré samedi, sur le boulevard Saint-Michel, les pompiers de Trois-Rivières ont finalement assuré que ce n’était pas le cas, tard en soirée.

Le toit de l’entreprise a cédé sous le poids de la neige vers 13 h 15, ce qui a mobilisé pendant de nombreuses heures une vingtaine de pompiers trifluviens. Des employés de l’entreprise leur avaient indiqué qu’il était possible qu’un client de l’entreprise soit emprisonné sous les débris.

Aux pompiers se sont ajoutés plusieurs secouristes appelés en renfort, ainsi que des maîtres-chiens. Une dizaine de techniciens spécialisés dans des interventions de cette ampleur a également été envoyée par le Service de sécurité incendie de Montréal.

Actualités

Douze mois de prison pour Denis Cloutier

Trois-Rivières — Denis Cloutier, cet individu de 43 ans ayant reconnu sa culpabilité quant à des agressions sexuelles commises sur une jeune fille de 16 ans, a pris le chemin de la prison vendredi matin. Le juge Jacques Trudel a en effet condamné l’homme à 12 mois de détention pour les gestes commis entre 2010 et 2013.

On se souviendra que Cloutier est cet homme qui a profité de la naïveté d’une jeune femme et des croyances ésotériques transmises par sa mère pour forcer la victime à le masturber à de nombreuses occasions. Lors du témoignage de la plaignante durant le procès, celle-ci avait mentionné que Cloutier avait prétendu avoir emprisonné une démone dans une dague et pour la libérer, elle devait le masturber. Des attouchements ont également été commis sur la jeune victime, notamment au niveau de la vulve et des seins. Les agressions ont perduré durant trois ans, à raison de trois à quatre fois par semaine.

Actualités

Un accident cause un important bouchon à Shawinigan-Sud

Shawinigan — Un face-à-face a grandement perturbé la circulation sur la route 157, près du pont Marc-Trudel, à Shawinigan, vendredi soir.

L’accident est survenu vers 20 h dans une bretelle d’accès à la route 157, en direction sud. Selon la Sûreté du Québec, on ne rapporte aucun blessé.