Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Actualités

Une autre arrestation en matière de pornographie juvénile

Shawinigan — Les enquêteurs spécialisés en matière d’exploitation sexuelle des enfants sur Internet de la Sûreté du Québec ont procédé, mercredi, à l’arrestation d’un individu de Shawinigan, Serge Hébert, 43 ans, pour une série de crimes en matière de pornographie juvénile.

En fait, les infractions qui lui sont reprochées auraient commencé il y a 19 ans. Il est accusé d’avoir possédé, d’avoir accédé et d’avoir distribué de la pornographie juvénile entre le 1er janvier 2000 et le 11 décembre 2019.

Justice et faits divers

Perquisition de cannabis à La Visitation

Trois-Rivières — Les enquêteurs du poste de la MRC de Nicolet-Yamaska de la Sûreté du Québec (SQ) ont mené mardi une perquisition dans un site illégal de production de cannabis situé dans une maison unifamiliale du rang Saint-Joseph, à La Visitation.

«Lors de la perquisition, les policiers ont saisi plus de 280 plants de cannabis rendus à différents stades de croissance, plus de 70 grammes de haschich et deux armes à feu. Les plants étaient en culture dans une maison unifamiliale et dans un garage détaché de la maison», explique la sergente Éloïse Cossette, porte-parole de la SQ.

Actualités

Un présumé pédophile pourrait avoir fait d’autres victimes

Trois-Rivières — La Sûreté du Québec soupçonne qu’un homme arrêté, le 25 septembre dernier, à La Tuque, pour des infractions à caractère sexuel sur un enfant pourrait avoir fait d’autres victimes dans la région. Il s’agit de Réjean Michaud, 68 ans, de La Tuque.

«On croit que c’est possible qu’il y ait d’autres victimes d’âge mineur en Mauricie dans les secteurs de Shawinigan, de La Tuque et de Trois-Rivières», explique la sergente Éloïse Cossette, porte-parole de la Sûreté du Québec.

Actualités

Meurtre de Steve Lamy: René Kègle cité à procès

Trois-Rivières — René Kègle a été cité à subir son procès sur le chef tel que porté contre lui, soit le meurtre prémédité de l’entrepreneur en construction Steve Lamy le 8 octobre 2018 dont le corps avait été retrouvé deux jours plus tard dans un véhicule incendié.

Au terme d’une enquête préliminaire qui s’est terminée en fin de journée mercredi, la juge Dominique Slater l’a renvoyé à l’étape du procès, bien que le renvoi n’était pas contesté par la défense. Son dossier a été fixé au prochain terme des assises de la Cour supérieure le 9 avril.

Actualités

Une maison lourdement endommagée par un incendie à Shawinigan-Sud

Shawinigan — À deux semaines de Noël, une famille de Shawinigan-Sud vit des moments difficiles alors que sa résidence, située sur la rue Arthur-McNicoll, a été très lourdement endommagée par un incendie, mardi matin.

La mère de famille était dans la maison lorsque les flammes ont pris naissance. «La résidente entendait des crépitements au niveau des murs. Elle a fait une certaine exploration. Elle a vu que le feu était pris dans un garde-robe. En même temps, on a eu un appel d’un passant qui avait vu de la fumée qui s’échappait de la corniche de la résidence», explique François Lelièvre, directeur du Service de sécurité incendie de Shawinigan.

Justice et faits divers

Les cadavres d’une femme et de deux enfants retrouvés dans une maison de l’est de Montréal

Des policiers qui se sont présentés dans une maison de l’est de Montréal mercredi matin pour annoncer la mort d’une personne à sa famille ont plutôt découvert les corps d’une femme de 42 ans et de ses deux jeunes fils, âgés de deux et quatre ans.

Les autorités se sont rendues à la résidence du quartier Pointe-aux-Trembles, vers 8h, pour informer les membres de la famille du décès du père des garçons, mort par suicide mardi à Joliette.

C’est en constatant que les occupants ne répondaient pas que les policiers ont décidé d’entrer dans la maison, où ils ont fait la macabre découverte.

Une forte présence de policiers et de véhicules d’urgence a pu être observée mercredi à l’extérieur de la résidence de la Place des Pointeliers, près de l’intersection du boulevard Saint-Jean-Baptiste.

Manuel Couture, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), a déclaré que la maison était considérée comme une scène de crime. Il a qualifié les décès de «suspects», précisant que «les enquêteurs n’étaient pas prêts à parler d’homicides», mercredi après-midi.

En fin de journée, les techniciens en identité judiciaire ont procédé à l’analyse de la scène afin de recueillir le plus d’informations possible pour aider les enquêteurs à mieux comprendre les circonstances du drame.

L’unité des crimes majeurs du SPVM mène l’enquête. La police a également confirmé qu’une autopsie devait être pratiquée sur les trois corps.

«Pour l’instant, il y a des liens qui peuvent être faits avec un mort par suicide à Joliette, il s’agirait du père des enfants, et sur place, la dame de 42 ans, il s’agirait de la mère des enfants.»

Le SPVM a précisé que le père s’était enlevé la vie en se jetant de la fenêtre d’un immeuble, mardi.

Selon les registres municipaux, la maison où les trois corps ont été découverts appartient à Nabil Yssaad et Dahia Khellaf, qui ont été enregistrés en tant que propriétaires en avril 2018.

Agression armée

Des documents judiciaires impliquant deux personnes portant les mêmes noms montrent que Nabil Yssaad, 46 ans, a été accusé en août 2018 d’agression armée contre Dahia Khellaf. Il a été acquitté la semaine dernière après avoir signé un engagement de ne pas la contacter et de rester loin de son domicile et de son lieu de travail, à l’exception des visites approuvées par le tribunal.

Mercredi, deux voisins ont déclaré aux journalistes sur les lieux que ce n’était pas la première fois que les forces de l’ordre étaient appelées au domicile.

L’un d’eux, Abdelaziz Abdelhak, a mentionné qu’il avait vu des voitures de police devant la résidence «deux ou trois fois» auparavant. Il a décrit le père comme une personne peu sociable qui n’aimait pas qu’on lui pose des questions.

«C’est quelqu’un à qui vous ne pouvez pas parler. Il refuse la communication», a déclaré M. Abdelhak, qui habite à quelques portes. «Il ne dit pas bonjour, il ne veut pas que nous lui disions bonjour.»

Yann Kedja, un voisin de 19 ans, a déclaré qu’il pensait que la famille vivait à l’adresse depuis environ deux ans. Il n’a jamais rencontré le père, mais il a déjà observé les enfants jouer dehors en été.

«J’ai vu les enfants s’amuser et jouer dehors, et la mère était là pour s’amuser avec eux», a-t-il dit, qualifiant la situation «d’horrible tragédie».

Actualités

René Kègle: des audiences bouleversantes pour la famille et les proches de la victime

Trois-Rivières — Tout comme cela avait été le cas pour les meurtres de Jean-Christophe Gilbert et d’Ophélie Martin-Cyr, le récit de l’assassinat de l’entrepreneur en construction Steve Lamy a révélé des détails atroces sur la façon dont les événements seraient survenus le 8 octobre 2018.

Au point d’ailleurs où des membres de la famille et des proches de Steve Lamy, présents dans la salle d’audience pour l’enquête préliminaire de René Kègle, ont été incapables de retenir leurs larmes pendant le témoignage d’une présumée complice, Noémie Morin. Leur chagrin et leur colère étaient manifestes envers le suspect.

Justice et faits divers

Félix-Antoine Banville demeure détenu

TROIS-RIVIÈRES — Félix-Antoine Banville, soupçonné d’avoir agressé un membre de sa famille en fin de semaine, doit demeurer derrière les barreaux en attendant son enquête sur remise en liberté.

L’individu de 25 ans a comparu mardi en toute fin d’avant-midi au palais de justice de Trois-Rivières pour être accusé de voies de fait avec une arme, de voies de fait causant des lésions et de différents bris de promesse. C’est cet individu qui a été arrêté par les policiers de Trois-Rivières après avoir fait l’objet de recherches intensives durant plus de 24 heures.

Faits divers

Un homme de 45 ans arrêté pour vol qualifié et voies de fait

SHAWINIGAN — Un homme de 45 ans a commis un vol qualifié, samedi, vers 15 h 45, dans un dépanneur de la rue Boisvert, à Shawinigan.

Client régulier de l’endroit et ne portant pas de cagoule, le commis n’a eu aucun mal à le reconnaître. L’employé a d’ailleurs été blessé légèrement pendant les événements alors que le malfaiteur l’a poussé. Ce dernier a fui avec des cigarettes.

Faits divers

Arrestations pour drogue ou alcool au volant à Shawinigan

SHAWINIGAN — Alors que l’Opération nationale concertée ciblant l’alcool ou la drogue au volant se poursuit, des automobilistes se font prendre en flagrant délit. Depuis vendredi, deux hommes ont été arrêtés pour conduite avec les facultés affaiblies à Shawinigan. L’un d’eux, un Montréalais de 57 ans, a fait une sortie de route sur le chemin Lamothe, à Shawinigan, lundi soir.

De plus, samedi soir, un homme de 58 ans de Shawinigan a été arrêté pour possession de méthamphétamine en vue d’en faire le trafic lors d’un contrôle routier pour contrer l’alcool et la drogue au volant. Il avait en sa possession 230 comprimés de méthamphétamine.

Actualités

Début de la troisième enquête préliminaire de René Kègle

Trois-Rivières — La troisième enquête préliminaire de René Kègle, cette fois-ci pour le meurtre prémédité de Steve Lamy, a commencé, lundi, au palais de justice de Trois-Rivières.

Le suspect aurait assassiné l’entrepreneur en construction le 8 octobre 2018. Son corps avait été retrouvé dans un véhicule incendié sur le chemin Bradley le 10 octobre, le jour même de l’assassinat de la jeune Ophélie Martin-Cyr à Yamachiche. Dans le véhicule en question, il y avait également les restes de Jean-Christophe Gilbert, abattu le 2 octobre.

Faits divers

Félix-Antoine Banville arrêté

Trois-Rivières — Après des recherches intensives de plus de 24 heures, les policiers ont réussi à mettre la main au collet de Félix-Antoine Banville, vers 14 h, lundi, à Trois-Rivières.

C’est grâce à une information reçue du public que les policiers de la Direction de la police de Trois-Rivières (DPTR) ont été en mesure de le localiser et de procéder à son arrestation.

Le jeune homme de 25 ans, qui souffre de schizophrénie, était recherché pour avoir agressé son père avec une arme blanche, dimanche matin, dans une résidence, située à l’intersection des rues Saint-Jude et La Jonquière, dans le quartier Sainte-Marguerite, à Trois-Rivières. Il était alors manifestement en crise, selon la DPTR. 

Durant sa cavale, plusieurs patrouilleurs ont ratissé les rues de Trois-Rivières dans l’espoir de le retrouver alors que des enquêteurs étaient également à pied d’oeuvre pour tenter de le localiser. De plus, le signalement de Banville avait été transmis aux autres corps de police dont celui de Québec puisqu’il a déjà habité à cet endroit. En effet, la possibilité qu’il ait pu quitter la ville a été envisagée. Il a d’ailleurs l’habitude de se déplacer en faisant de l’auto-stop.

Banville a été transporté au quartier général où il a été interrogé par les enquêteurs. Il devrait comparaître, mardi, au palais de justice de Trois-Rivières.

Faits divers

Jean-Philippe Nadeau-Simard retrouvé sain et sauf

Shawinigan — Jean-Philippe Nadeau-Simard a été retrouvé sain et sauf, a mentionné la Sûreté du Québec, lundi.

Le résident de Shawinigan, qui était porté disparu depuis la fin du mois de novembre, se trouvait dans la région d’Ottawa. Il avait été vu pour la dernière fois à Shawinigan, le matin du 27 novembre. 

Ses proches avaient alors des raisons de craindre pour sa santé et sa sécurité.

Faits divers

Accident mortel à Saint-Zéphirin-de-Courval: l’identité dévoilée

Trois-Rivières — La Sûreté du Québec a dévoilé l’identité de la jeune femme qui a perdu la vie dans un accident, dans la nuit de samedi à dimanche, à Saint-Zéphirin-de-Courval, au Centre-du-Québec. Il s’agit d’Annick Joyal, 35 ans, de Saint-Elphège.

L’accident s’est produit vers 0 h 45, dimanche. Selon la Sûreté du Québec, la victime aurait fait une sortie de route alors qu’elle circulait sur le rang Saint-Michel. Son véhicule a heurté un ponceau avant de terminer sa course dans un fossé. 

Faits divers

Félix-Antoine Banville toujours recherché

Trois-Rivières — Toujours aucune trace de Félix-Antoine Banville. Le jeune homme de 25 ans, qui souffre de schizophrénie, est recherché pour avoir agressé son père, dimanche matin, dans une résidence, située à l’intersection des rues Saint-Jude et La Jonquière, dans le quartier Sainte-Marguerite, à Trois-Rivières.

«Les recherches se poursuivent pour retrouver M. Banville. Les 15 patrouilleurs sont aux aguets concernant cet individu et les enquêteurs poursuivent leur travail. Ils effectuent des vérifications et des recherches afin de tenter de localiser M. Banville», explique l’agente Michèle Loranger, porte-parole de la police de Trois-Rivières.

Justice et faits divers

Un jeune homme recherché pour avoir agressé un membre de sa famille

TROIS-RIVIÈRES — La police de Trois-Rivières tente de mettre la main sur un jeune homme qui aurait agressé physiquement un membre de sa famille, dimanche, dans une résidence du quartier Sainte-Marguerite.

Félix-Antoine Banville, 25 ans, aurait pris la fuite après l’agression. Selon Radio-Canada, la victime serait son père, une information que la police n’a pas confirmée. Le blessé a été conduit à l’hôpital, mais on ne craint pas pour sa vie, assure la police. La nature de ses blessures n’a pas été précisée. 

Un périmètre de sécurité a été érigé autour de la résidence de la victime, à l’angle des rues
Saint-Jude et de la Jonquière, et devrait être maintenu tant que le jeune homme n’aura pas été retrouvé. 

«On parle d’un individu schizophrène, qui pourrait représenter un certain risque, possiblement pour d’autres membres de sa famille. La police le recherche activement et on invite la population à nous contacter si l’individu est vu dans un secteur de la ville de Trois-Rivières. On espère lui mettre la main au collet rapidement», précise le sergent Luc Mongrain, porte-parole de la Direction de la police de Trois-Rivières. 

Actualités

Bébé violenté: une mère condamnée 200 heures de travaux communautaires

Trois-Rivières — Une femme, dont le conjoint de l’époque avait violenté son bébé de huit mois parce qu’il pleurait, a admis avoir attendu plusieurs heures avant de le conduire à l’hôpital.

Lors de son retour devant le tribunal, cette jeune femme a en effet plaidé coupable à l’accusation d’avoir omis de fournir les choses nécessaires à l’existence d’un enfant, ce qui lui a valu une sentence suspendue, 200 heures de travaux communautaires et une probation de deux ans avec l’interdiction de communiquer avec son ex-conjoint. Cette sentence prononcée par le juge David Bouchard fait suite à une suggestion commune de la procureure de la Couronne, Me Catherine Lemay, et de l’avocat de la défense, Me Jean-Sébastien Gladu.

Actualités

Le procès d’Éric Nault est suspendu

Trois-Rivières — Le procès d’Éric Nault, un homme de Saint-Sylvère accusé de plusieurs gestes de violence conjugale, vient d’être suspendu en raison de la divulgation de nouvelles informations qui devront être validées. Les audiences avaient commencé lundi et s’étaient déroulées rondement les premiers jours de la semaine avec le témoignage de la plaignante. Elle avait notamment relaté une trentaine d’épisodes de violence physique, verbale et psychologique qui seraient survenus entre 2008 et 2016 alors qu’ils faisaient vie commune. Elle avait raconté un événement où il lui aurait asséné des coups au ventre, où il lui aurait frappé la tête sur le sol, où il aurait pointé un fusil de chasse sur le front, où il l’aurait frappée avec une pelle et où il aurait mis sa vie et celle de son enfant en danger alors qu’il conduisait un véhicule. Elle l’avait aussi dépeint comme un homme jaloux, possessif et contrôlant.

Or, le témoignage de la plaignante s’est avéré beaucoup plus difficile pour elle lors du contre-interrogatoire de l’avocat de la défense, Me Alexandre Biron. Elle a notamment éprouvé des problèmes de santé qui ont nécessité des suspensions.

Justice et faits divers

Albert-Abraham Krespine de nouveau arrêté

Trois-Rivières — Alors que la Direction des poursuites criminelles et pénales a entrepris des procédures devant la Cour supérieure pour ramener Albert-Abraham Krespine en prison, voilà que ce dernier aurait décidé, en quelque sorte, de se livrer lui-même.

Il a en effet été arrêté jeudi à Montréal par la Sûreté du Québec pour avoir brisé ses conditions de remise en liberté et pour avoir continué à faire la promotion du cannabis. Tel que l’a précisé le procureur de la Couronne, Me Julien Beauchamp-Laliberté, le suspect aurait notamment fait la promotion et la publicité de ses commerces sur sa page Facebook. Il a donc comparu vendredi au palais de justice de Trois-Rivières. La Couronne s’est évidemment objectée à sa remise en liberté. Son enquête sur caution a été fixée au 10 décembre.

Justice et faits divers

Michaël Héon remis en liberté sous conditions

Trois-Rivières — Michaël Héon, cet individu de 33 ans qui est accusé d’agression sexuelle et d’actions indécentes, a pu reprendre sa liberté pour la durée des procédures judiciaires intentées contre lui.

À la suite de discussions entre son avocat, Me Louis R. Lupien et la procureure de la Couronne, Me Julie Forget, le prévenu a en effet été remis en liberté, mais avec une kyrielle de conditions. Il devra notamment respecter un couvre-feu entre 20 h et 7 h, ne pas se trouver en présence de mineurs sauf s’il est accompagné de sa mère, ne pas communiquer avec les présumées victimes, ni même se trouver en leur présence et s’approcher de leur résidence, école ou lieu de travail. Il ne peut pas non plus avoir des armes, posséder ou consommer des drogues incluant le cannabis, ne pas se rendre dans les bars, ni dans les lieux publics où des jeunes de moins de 16 ans sont susceptibles de se trouver comme les parcs, ne pas occuper un emploi auprès de jeunes et ne pas consommer ou posséder toute substance pouvant influencer sa libido notamment de la testostérone.

Justice et faits divers

19 mois de prison pour un voleur de bijoux

Trois-Rivières — Paul Hendren de Trois-Rivières a été condamné, vendredi, à 19 mois de prison pour avoir volé des commerces de Trois-Rivières et de Terrebonne et tout particulièrement des bijouteries afin d’assouvir sa dépendance à la cocaïne et au crack.

En décembre 2017, il s’est notamment pointé dans une bijouterie des Galeries de Terrebonne pour s’emparer de chaînes dont la valeur totale variait entre 24 000 et 32 000 $ qu’il a ensuite vendues dans un commerce de prêts sur gages. À l’été 2018, il a récidivé du côté de Trois-Rivières à la Bijouterie La Perle rare où il a réussi mettre la main sur 2000 $ de chaînes et à la Bijouterie Cathy où il a volé pour 15 000 $ de bracelets pour ensuite retourner dans une autre bijouterie de Terrebonne pour y réaliser un butin estimé à 12 000 $.

Justice et faits divers

Des dates de procès pourraient être fixées en avril 2020

Trois-Rivières — Ce n’est pas avant le 9 avril, à l’ouverture du prochain terme des assises de la Cour supérieure, que des dates de procès pourraient être fixées dans les dossiers de meurtre dont René Kègle est accusé.

Le suspect était en effet de retour devant le tribunal, jeudi matin, en lien avec les assassinats d’Ophélie Martin-Cyr et de Jean-Christophe Gilbert. On se rappelle qu’il a été cité à subir des procès sur plusieurs accusations au terme de deux enquêtes préliminaires, ce qui le ramène devant la Cour supérieure. En ce qui concerne le meurtre de Steve Lamy, le dossier est encore devant la Cour du Québec. Son enquête préliminaire devrait commencer ce 9 décembre et durer toute la semaine.

Actualités

L'avocate de François Asselin veut invoquer les troubles mentaux et demande un seul procès

Trois-Rivières — François Asselin entend invoquer une défense de non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux dans le cadre de son procès pour le meurtre de son père, Gilles Giasson survenu en mai 2018.

C’est du moins ce qu’a annoncé, jeudi, son avocate Me Véronique Robert à l’ouverture du terme des assises de la Cour supérieure à Trois-Rivières. Elle souhaite également qu’un seul procès se tienne pour les deux meurtres dont son client est accusé. On sait que François Asselin aurait assassiné son collègue de travail François Lefebvre à Sherbrooke quelques jours après avoir présumément tué son père dans leur logement de la rue Sainte-Cécile à Trois-Rivières. Dans le dossier de Sherbrooke, un procès devant jury a été fixé en janvier 2021. Lors d’une conférence de gestion tenue en septembre dernier, Me Robert avait également émis la possibilité d’invoquer l’article 16 comme défense.

Justice et faits divers

La SQ recherche un suspect de voies de fait

Trois-Rivières — La Sûreté du Québec demande l’aide de la population afin d’identifier un homme suspecté d’avoir commis des voies de fait à Shawinigan.

Le corps policier mentionne que le suspect aurait commis le 5 août dernier vers 17h50 des voies de fait dans l’entrée d’un supermarché situé sur l’avenue Grand-Mère à Shawinigan.

Faits divers

Intercepté à 166 km/h sur l’autoroute 40

Trois-Rivières — Un jeune automobiliste de 18 ans s’est fait intercepter par un patrouilleur de la Sûreté du Québec dans la nuit de mercredi à jeudi alors qu’il circulait à 166 km/h sur l’autoroute 40, à la hauteur de Trois-Rivières.

Le patrouilleur de la Sûreté du Québec du poste autoroutier de la Mauricie tenait une opération de cinémomètre (radar qui mesure la vitesse des véhicules) dans la région de Trois-Rivières lorsqu’il a capté l’automobiliste circulant à haute vitesse alors qu’il se trouvait à la hauteur du km 189.

Actualités

Abus sexuels sur une adolescente souffrant d’un retard mental: Joël Guillemette est remis en liberté sous conditions

Shawinigan — Un résident du Centre-de-la Mauricie, Joël Guillemette, 52 ans, a finalement pu reprendre sa liberté sous conditions pour la durée des procédures judiciaires intentées contre lui en lien avec des abus sexuels qui auraient été perpétrés sur une adolescente atteinte d’une déficience intellectuelle.

Les événements qui lui sont reprochés seraient survenus en juillet 2019. Selon ce qu’a révélé l’enquête policière, il aurait agressé sexuellement à deux reprises une mineure de 16 ans qui souffre d’un retard mental. Il aurait également caché une caméra afin de la filmer à son insu, notamment lors d’une agression sexuelle.

Actualités

Bébé de 15 mois brûlé aux mains: un procès devant jury pour Éric Michaud

Shawinigan — Le procès devant jury d’Éric Michaud devrait vraisemblablement s’amorcer le 24 février au palais de justice de Shawinigan et durer environ quatre semaines.

C’est du moins ce qui a été convenu, mercredi, à l’ouverture du terme des assises de la Cour supérieure. C’est le juge Étienne Parent qui devrait être saisi du dossier.

Faits divers

Une Shawiniganaise arrêtée pour avoir conduit sous l’effet de la drogue

Shawinigan — La vigilance de citoyens a permis l’arrestation d’une automobiliste qui était visiblement sous l’effet de stupéfiants.

Des citoyens ont contacté les policiers, mardi, vers midi, parce que la conductrice d’une automobile semblait endormie dans un stationnement commercial de la rue Trudel, à Shawinigan. Le moteur du véhicule tournait. 

Les policiers de la Sûreté du Québec l’ont arrêtée pour conduite avec les capacités affaiblies par la drogue. Des comprimés de méthamphétamine et de la cocaïne ont été saisis lors de son arrestation. La Shawiniganaise de 42 ans devrait donc faire face à une accusation de possession de stupéfiants. 

Elle a été conduite au poste où un agent évaluateur en reconnaissances de drogues lui a fait subir différents tests. Son véhicule a été remorqué et son permis de conduire a été suspendu pour 90 jours. Elle a été libérée par sommation à comparaître.



Actualités

Procès pour violence conjugale: «Il faut que je mette une fin quelque part»

Trois-Rivières (NM) — Un homme de Saint-Sylvère, Éric Nault, subit présentement son procès au palais de justice de Trois-Rivières pour des gestes de violence conjugale qui auraient été commis entre 2008 et 2016 sur une ex-conjointe.

Avec beaucoup d’émotion, la plaignante a dépeint le prévenu comme un homme jaloux et possessif, qui ne ratait pas une occasion de la dénigrer et de contrôler sa vie. Elle a ainsi relaté une trentaine d’épisodes de violence physique, verbale et psychologique qui seraient survenus au cours des années où ils ont formé un couple. À une occasion, il lui aurait notamment asséné des coups de poing au ventre et aurait agrippé ses cheveux pour lui frapper la tête sur le sol. Elle se rappelle avoir vu des points noirs. Ce sont les cris de sa mère qui l’ont ramené à elle. «Si j’avais été toute seule avec lui, je ne sais pas ce qui se serait passé », a-t-elle raconté en pleurant au juge Guy Lambert.

Actualités

Une tournée des bars fructueuse pour les policiers

Trois-Rivières — Une tournée des bars peut parfois être productive. Surtout lorsqu’on est policier. Du 7 au 30 novembre, des membres de différents corps policiers ont effectué plus de 500 visites d’établissements partout au Québec.

Des policiers de la Sûreté du Québec, en collaboration avec la GRC et de nombreux services de police municipaux, ont travaillé de façon concertée dans le cadre de cette opération baptisée CIBLER (Concertation contre l’intimidation dans les bars licenciés avec l’équipe de renseignement).