Josée Magny souhaite devenir la première mairesse de Saint-Mathieu-du-Parc en novembre.

Josée Magny vise la mairie de Saint-Mathieu-du-Parc

Au crépuscule de son troisième terme comme conseillère à Saint-Mathieu-du-Parc, Josée Magny considère qu'elle a emmagasiné suffisamment d'expérience et de connaissances pour proposer sa candidature à la mairie. Si la population lui fait confiance, elle deviendra la première femme à être élue dans cette fonction dans l'histoire de cette municipalité.
«Je pense que les gens sont prêts pour ça», sourit la femme de 48 ans, visiblement enthousiaste à l'idée de relever ce défi. Le mois dernier, Pierre Bertrand a aussi confirmé sa candidature pour la mairie de Saint-Mathieu-du-Parc. Claude McManus, en poste depuis 2013, a déjà annoncé qu'il ne se représentait pas.
Fait intéressant, le maire sortant choisit de ne pas se réfugier dans la traditionnelle réserve en donnant son appui à Mme Magny.
«Nous avons travaillé ensemble pendant huit ans», rappelle M. McManus. «Je considère qu'elle possède l'expérience et un bon jugement. Ce serait un plus pour la municipalité.»
La conseillère mise d'ailleurs beaucoup sur ses douze années au conseil municipal pour convaincre les électeurs de lui faire confiance. Par exemple, elle a constaté l'importance pour Saint-Mathieu-du-Parc de faire entendre sa voix à la MRC de Maskinongé dans les dossiers d'urbanisme, en raison des particularités de son territoire.
«Ici, nous avons beaucoup de lacs», rappelle-t-elle. «Le schéma d'aménagement de la MRC ne correspond pas toujours à nos priorités. C'est important de faire connaître nos besoins.»
Si elle est élue, Mme Magny souhaite réaliser une vaste consultation pour la revitalisation du village, un projet bénéficiant d'un budget de près de 600 000 $ provenant de la taxe d'accise. La réalisation d'une politique familiale et la révision de la politique d'entretien des chemins privés feraient aussi partie de ses priorités, dans un contexte où de plus en plus de résidents saisonniers choisissent d'habiter Saint-Mathieu-du-Parc en permanence, observe-t-elle. Par ailleurs, elle s'attend à obtenir d'excellentes nouvelles d'ici la fin de l'année au sujet de la desserte d'Internet à haute vitesse, un dossier qui chemine depuis une éternité à Saint-Mathieu-du-Parc.
Gérante au restaurant Le Toit rouge pendant une dizaine d'années, Mme Magny a profité de la récente vente de ce commerce pour réorienter sa vie professionnelle. Ainsi, si elle est élue le 5 novembre, elle compte travailler à temps plein pour la municipalité, un luxe que pouvait aussi s'offrir M. McManus, retraité de la Sûreté du Québec. «Les responsabilités sont grandes», justifie-t-elle.
La candidate prévoit s'afficher et faire beaucoup de porte-à-porte au cours des prochaines semaines. «Je suis confiante», termine-t-elle. «J'ai toujours travaillé dans le milieu et je suis à la table depuis 12 ans. J'ai mon franc parler et je suis capable de bien représenter les citoyens. Je veux tellement ce poste que j'aime penser que ça va fonctionner!»