Le 4 juillet dernier, le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, assistait à un match des Alouettes de Montréal avec Jonathan Beaulieu-Richard.

Jonathan Beaulieu-Richard en réflexion pour le Bloc

TROIS-RIVIÈRES — Il pourrait bien y avoir une course à l’investiture pour le Bloc québécois dans Trois-Rivières, en vue des élections fédérales de l’automne. Le Nouvelliste a en effet appris que l’ancien joueur des Alouettes de Montréal originaire de Trois-Rivières, Jonathan Beaulieu-Richard, est en très sérieuse réflexion et devrait faire connaître sa décision d’ici les prochains jours, voire quelques semaines.

S’il devait choisir de se lancer dans la course à l’investiture, il devra alors affronter Louise Charbonneau, qui était jusqu’à tout récemment présidente de l’association locale du Bloc québécois. Une assemblée d’investiture pourrait se tenir dans la seconde moitié du mois d’août, a-t-on compris mardi.

Le principal intéressé avait déjà été candidat indépendant dans Maskinongé à l’automne 2018 pour les élections provinciales et dit s’intéresser de plus en plus à la politique, lui qui dit partager les valeurs du Bloc québécois.

«Je suis en réflexion sérieuse pour le moment et j’étudie la chose avec ma famille puisque c’est évidemment un gros engagement», évoque celui qui est maintenant papa d’une petite fille de deux ans. «Se lancer en politique peut être très prenant pour la famille, mais en même temps, le fait d’être papa encourage à faire quelque chose de plus grand que nous-mêmes, de travailler pour la prochaine génération. Ça remet beaucoup de choses en perspectives et ça motive mon goût de l’engagement politique», considère M. Beaulieu-Richard.

Âgé aujourd’hui de 30 ans, Jonathan Beaulieu-Richard travaille maintenant comme pharmacien. Il dit se sentir concerné par la plate-forme du Bloc québécois, et apprécier d’autant plus la dynamique du parti depuis qu’Yves-François Blanchet en a pris la tête, ce qui a selon lui amené une certaine cohésion au Bloc.

Les deux hommes ont d’ailleurs assisté à un match des Alouettes de Montréal ensemble dernièrement, comme en témoigne une photo publiée sur le compte Facebook de M. Blanchet.

Si certaines personnes de l’entourage du chef avancent que M. Blanchet accueillerait cette candidature avec beaucoup d’enthousiasme, Yves-François Blanchet préfère de son côté ne prendre position pour aucune candidature et ne donner son appui à personne en particulier.

«Qu’il y ait plusieurs candidats est forcément une bonne nouvelle, car nous sommes un parti démocratique. Une course à l’investiture dynamise le parti et mobilise les militants, en autant que tout le monde se rallie à la fin. J’ai su que M. Beaulieu-Richard était un indépendantiste affirmé, j’entends parler de son engagement politique depuis un moment déjà. Par contre, s’il y a course à l’investiture, je ne m’y présenterai pas. Je laisserai les militants choisir entre eux», signale M. Blanchet, qui compte évidemment être le premier à téléphoner au gagnant ou à la gagnante une fois les résultats connus.

Si une telle course devait se tenir, ce ne serait assurément pas avant la deuxième portion du mois d’août, mentionne le chef du Bloc québécois.

Appelée à commenter cette nouvelle, Louise Charbonneau indique qu’elle se sent prête à mener une course à l’investiture.

«Je n’ai pas de problème avec ça, c’est la démocratie. J’ai déjà annoncé mes intentions et je mènerai la course jusqu’au bout s’il y a une course. Mon équipe est formée et est prête», considère Mme Charbonneau. Impliquée depuis 15 ans au Bloc québécois dans Trois-Rivières, Louise Charbonneau indique n’avoir jamais entendu parler de M. Beaulieu-Richard, qui n’a pas milité pour le parti dans le comté de Trois-Rivières, selon elle.