La démolition d’un immeuble au centre-ville de Trois-Rivières a permis de faire la découverte d’une ancienne enseigne publicitaire.
La démolition d’un immeuble au centre-ville de Trois-Rivières a permis de faire la découverte d’une ancienne enseigne publicitaire.

Jolie découverte au centre-ville

TROIS-RIVIÈRES — L’immeuble abritant le défunt bar Le Monkey, sur la rue Hart, en plein cœur du centre-ville de Trois-Rivières, a été démoli, mardi. Ces travaux ont permis de faire une jolie découverte alors qu’une murale peinte sur le bâtiment adjacent a été mise au jour. Il s’agit vraisemblablement d’une ancienne enseigne publicitaire pour le commerce d’Ovide Rocheleau qui a occupé cet édifice.

Cette murale qui était tombée dans l’oubli a piqué la curiosité de bien des passants au centre-ville qui en ont profité pour l’immortaliser en la photographiant. Certains ont manifesté le souhait qu’elle soit restaurée.

Ghislain Raza, historien et ancien président de Patrimoine Trois-Rivières, comprend l’engouement que suscite une telle découverte. «Il y a de plus en plus un mouvement qui cherche à préserver ces publicités murales. Elles sont en effet devenues rares, surtout celles en bon état. Celle-ci est particulière parce qu’elle était protégée par le mur de briques de l’édifice, donc elle est vraiment en bel état, ce qui est quand même très rare», souligne-t-il.

Sur ces photos d’archives qui datent de 1949, on peut voir le commerce qui s’appelait alors Rocheleau et fils.

Ces enseignes murales souvent livrées aux intempéries, peu entretenues et à la merci d’une démolition ou de rénovations, finissent bien souvent par se faner ou par tout simplement disparaître. «C’est fragile. En général, elles n’ont pas de protection patrimoniale, donc c’est facile de les voir disparaître», note M. Raza.

D’ailleurs, il semble bien que les gens ne pourront admirer ce vestige du passé que durant quelques mois, puisque les nouveaux propriétaires vont reconstruire un immeuble à cet endroit, possiblement au printemps ou plus tard dans l’année.

Rappelons qu’en février 2019, la Ville de Trois-Rivières avait dû sécuriser cette bâtisse alors qu’une partie du toit s’était écroulée. Le bâtiment était négligé depuis longtemps. La Ville l’avait d’ailleurs récupéré à la suite d’une vente pour non-paiement de taxes. Elle l’a ensuite vendu aux propriétaires actuels. Étant donné son état, ils n’ont eu d’autre choix que de procéder à sa démolition.

Après la reconstruction, les habitués du centre-ville ne devraient pas être dépaysés puisque le nouvel immeuble ressemblera beaucoup à l’ancien. Il faut dire qu’au centre-ville, il y a des règles bien spécifiques à respecter dans le cadre du Plan d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA) qui vise à harmoniser l’apparence des bâtiments. Ce sera un immeuble de trois étages qui va compter entre quatre et six logements. La vocation du rez-de-chaussée sera commerciale.