La campagne électorale n’est pas encore officiellement commencée au fédéral, ce qui n’empêchait pas François-Philippe Champagne de distribuer généreusement les poignées de main lundi matin.

Jeux de coulisses politiques

SHAWINIGAN — Année électorale, débat sur les impacts de la déclaration d’impôt unique: il ne manquait pas de matière pour accoler un contexte politique bien particulier à l’annonce effectuée lundi matin au Centre national de vérification et de recouvrement de Shawinigan. Avec un appel d’offres pour la construction du nouvel immeuble prévu seulement en 2021, ce projet risque-t-il d’alimenter à nouveau les débats entre les libéraux et les conservateurs cet automne?

En 2012, les employés et la direction du centre fiscal avaient vécu beaucoup d’insécurité. Les conservateurs ne semblaient pas très intéressés à investir pour garantir la pérennité de l’immeuble.

Aujourd’hui, on sait que le chef, Andrew Scheer, appuie la demande du Québec sur la déclaration d’impôts unique. Il prétend que ce scénario n’entraînerait aucune perte d’emplois, mais simplement une redéfinition de tâches, suggère-t-il.

Diane Lebouthillier, ministre du Revenu national, rappelle que les libéraux ont fortement contribué à renouveler le service depuis leur arrivée. Elle ne voit pas comment un gouvernement pourrait faire marche arrière.

«Pour moi, (le centre de Shawinigan) est là pour rester et je peux vous dire que j’ai bien l’intention de gagner les prochaines élections!», sourit-elle.

Député de Saint-Maurice - Champlain, François-Philippe Champagne croit que la mobilisation des employés et celle du milieu rendent maintenant pratiquement impossible une révision de l’engagement formulé lundi.

«Chez nous, on ne prendra aucune action qui mettrait à risque les emplois en région», souligne-t-il. «Vous avez un engagement ferme de notre gouvernement.»

Mais comme M. Scheer ne prévoit aucune perte d’emplois si le Québec rapatrie le traitement des déclarations de revenus, cela ne devrait-il pas aussi sécuriser les employés de Shawinigan? «Les gens sont rassurés par l’annonce», nuance M. Champagne. «Je ne pense pas que des propos comme (ceux de M. Scheer) sont responsables.»

Questionné au sujet des investissements du gouvernement libéral, le lieutenant québécois d’Andrew Scheer, Alain Rayes, avoue que c’est une bonne nouvelle pour l’économie de la région. Il estime toutefois que cette annonce, à moins de neuf mois des élections, à un caractère électoraliste. «On parle de la construction d’un nouveau bâtiment pour 2024. On ne parle même pas d’une entrée dans le prochain mandat, mais de l’autre. On en est encore très loin. Ça fait un peu opportuniste comme annonce», soutient le député de Richmond-Arthabaska.

Présence et absence

Évidemment rassurée par l’annonce de lundi, l’Alliance de la fonction publique du Canada estime que la présence du secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement et de l’Accessibilité, Steven MacKinnon, ajoute beaucoup de poids aux intentions politiques.

L’an dernier, alors que le syndicat se disait préoccupé par le manque de détails entourant les investissements prévus, le conseiller Normand Pelletier avait fait remarquer que le ministère à qui l’immeuble appartient n’avait pas participé à la fameuse annonce d’avril 2017.

«La présence de M. MacKinnon me rassure, car il représente le propriétaire», confie-t-il. «S’il se déplace, ça donne un message encore plus fort. C’est très significatif.»

Par contre, la députée caquiste de Laviolette - Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif, n’avait pas été invitée à cette annonce. Le mois dernier, elle doutait qu’une déclaration d’impôt unique administrée par le Québec puisse avoir un impact au Centre national de vérification et de recouvrement de Shawinigan. Une interprétation que le syndicat met sérieusement en doute.

«Une fois que la déclaration est traitée, l’étape d’après, c’est le recouvrement!», fait remarquer M. Pelletier. «Alors oui, ça nous touche.»

«Ce serait les employés du Québec qui feraient le recouvrement et la vérification, pas ceux de Revenu Canada», précise Marc Brière, président national du Syndicat des employés de l’impôt, également présent à Shawinigan lundi.

Le 18 avril 2017, les ministres libéraux avaient pris la peine d’inviter le député provincial de Saint-Maurice, Pierre Giguère, lors de l’annonce de la première phase de réfection de l’immeuble.

Avec la collaboration

de Gabriel Delisle