Le nouveau maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, au lendemain de son élection.

Jean Lamarche se réjouit de l'accueil des Trifluviens: «C’est très valorisant»

TROIS-RIVIÈRES — À peine élu à la mairie de Trois-Rivières, Jean Lamarche a dû rapidement sauter dans un train qui est déjà en marche. Sa première journée a d’ailleurs été consacrée à des rencontres à l’hôtel de ville notamment avec la mairesse par intérim Ginette Bellemare en plus d’accorder des entrevues à de nombreux médias d’information.

Les déplacements au centre-ville de Trois-Rivières étaient difficiles pour le maire élu, au lendemain de sa victoire à l’élection partielle de dimanche. Celui qui a recueilli 54,9 % des voix se faisait constamment arrêter par des citoyens heureux de le féliciter et de serrer la main au successeur à Yves Lévesque. «Toute la fin de semaine, on n’était pas capable de traverser la rue des Forges. Les gens étaient très réceptifs à ce qu’on leur proposait. C’est très valorisant de vivre ça», avoue Jean Lamarche.

Alors que son assermentation comme maire de Trois-Rivières n’est prévue que le 17 mai, Jean Lamarche a rencontré la mairesse par intérim pour discuter de la passation du poste de maire. «Il y a aussi des visites de différents bâtiments et services de la Ville qui vont se faire cette semaine, pour se mettre dans le bain et avoir des mises à jour accélérées pour pouvoir être d’attaque à partir du 17 mai», explique le nouveau maire de Trois-Rivières, conscient qu’il intègre une administration municipale déjà bien en marche.

Le nouveau maire de Trois-Rivières intègre un conseil municipal en place depuis novembre 2017 et composé de plusieurs élus qui tiennent à leurs idées pour lesquelles ils ont obtenu la confiance de leurs électeurs. Il croit d’ailleurs que l’harmonie au sein du conseil municipal était «la question de l’urne» qui a fait la différence dans l’élection. Jean Lamarche affirme que malgré des opinions parfois divergentes, tous les élus ont comme objectif de faire «fonctionner et grandir la Ville».

«Je veux miser là-dessus. Je veux travailler avec eux non pas sur ce qui nous distingue, mais bien sur ce qui nous unit», soutient-il. «Déjà, j’ai abordé la question avec plusieurs d’entre eux et ils sont d’accord que c’est comme ça qu’il faut travailler. J’ai toujours travaillé avec des gens forts, je n’ai pas de problème avec ça. Du choc des idées, jaillit la lumière et du choc de deux idées en sort une troisième qui est plus intéressante.»

Le maire élu de Trois-Rivières, Jean Lamarche, devant l’hôtel de ville.

Plusieurs adversaires ont critiqué Jean Lamarche durant la campagne électorale pour son manque de vision en environnement. Jean-François Aubin l’a même invité à la suite de sa défaite à piger dans ses propositions sur l’environnement. Bien qu’il n’est pas opposé à reprendre les bonnes idées de ses adversaires, le maire élu de Trois-Rivières estime qu’il a fait plusieurs propositions en environnement durant la campagne.

«Il ne faut pas oublier aussi que la Ville de Trois-Rivières a déjà des mesures en environnement, au niveau des plantations d’arbres ou la bataille aux îlots de chaleur. Ce sont des éléments importants que nous devons continuer de mettre de l’avant», soutient-il. «Lorsque je parle du réseau d’aqueduc et d’égout dans le secteur Saint-Louis-de-France où il y a un problème au printemps quand les eaux usées peuvent se déverser dans les cours d’eau, ça touche l’environnement. Pour l’aqueduc et les égouts à l’île Saint-Quentin, ça touche directement la nappe phréatique. Ce sont des mesures environnementales.»

LES CINQ PRIORITÉS DE JEAN LAMARCHE

1. Promouvoir un développement domiciliaire sur le site de l’ancienne usine Aleris

2. Développer une stratégie urbaine pour revitaliser le bas du Cap

3. Développer une stratégie de rétention des diplômés avec l’UQTR

4. Favoriser un bon climat de travail au sein du conseil municipal

5. Créer des événements d’hiver dans la région

Pour sa première journée «au bureau», Jean Lamarche s’est aussi entretenu avec les députés et ministres de la région de même qu’avec Alexandre Cusson, maire de Drummondville et président de l’Union des municipalités du Québec (UMQ). À peine élu, Jean Lamarche appuie les démarches entreprises par l’UMQ dans le cadre des négociations entourant le prochain pacte fiscal pour obtenir de Québec 1 % de la TVQ. Cela permettrait aux Villes de dépendre moins des revenus de taxes foncières. Pas encore assermenté et donc sans droit de vote, Jean Lamarche ne se rendra pas aux assises annuelles de l’UMQ qui se tiennent dès mercredi.

Dans les prochains jours, Jean Lamarche devra constituer son cabinet. Ce dernier n’exclut pas la possibilité de reconduire dans ses fonctions l’actuel chef du cabinet du maire, Jean-Marc Bergeron. Nommé par Yves Lévesque en juillet 2018, Jean-Marc Bergeron était à la direction des loisirs, de la culture et de la vie communautaire à la Ville de Trois-Rivières.

«Ça prend des gens qui ont une bonne connaissance à la fois du système interne de la Ville, c’est-à-dire les différents services, les syndicats, les dirigeants, mais ça prend aussi une personne qui a une bonne connaissance des différents paliers de gouvernement et des programmes gouvernementaux de même que de la relation interrégionale», explique le maire élu de Trois-Rivières.

Jean Lamarche fera son entrée au conseil municipal le 21 mai prochain. «J’ai bien hâte de le vivre», dit-il avec enthousiasme. «Je peux avoir de l’humilité au début. Il est possible qu’il y ait des questions pour lesquelles je n’aurai pas les réponses. Les gens vont devoir me donner une chance.»