Jean Lamarche a pris part à sa première séance du conseil municipal à titre de maire de Trois-Rivières.

Jean Lamarche brise la glace

TROIS-RIVIÈRES — Jean Lamarche a brisé la glace, mardi soir, en présidant sa première séance du conseil municipal à titre de maire de Trois-Rivières.

Autant les conseillers que les citoyens présents – ils étaient une cinquantaine à s’être déplacés pour la première séance publique de cette nouvelle ère – n’ont par contre pas trop donné de fil à retordre au nouveau maire. L’ambiance était tout particulièrement détendue, et ce, autant lors des votes que pendant la période réservée aux questions des citoyens. Ils sont d’ailleurs seulement trois à s’être présentés au micro. Abonné aux séances publiques du conseil depuis plusieurs années et se prévalant pratiquement toujours de son droit de parole, le citoyen Michel Hallé n’a notamment pas posé ses traditionnelles trois questions au nouveau maire, et ce, même s’il était présent.

«Je l’ai croisé dimanche et il m’a dit qu’il ne me poserait pas de questions pour la première fois. Ça m’a enlevé un stress! Il m’a dit qu’il se reprendrait à la prochaine! Je suis un peu déçu de briser une tradition», a lancé à la blague le nouveau maire à la fin de la séance publique alors qu’il distribuait les poignées de main et les accolades avec ses proches et des membres de son équipe électorale.

Sur un ton plus sérieux, le nouveau maire avait avoué qu’il était nerveux à quelques minutes de la séance lors de la traditionnelle rencontre avec les représentants des médias. Malgré cette nervosité, il se disait très fier de poser ce premier geste officiel depuis son assermentation vendredi dernier.

«Je viens représenter la Ville. Je ne représente plus seulement Jean Lamarche. C’est un moment important car il y a une charge de responsabilités qui vient avec ça et j’en suis vraiment conscient», a-t-il indiqué.

En se basant sur l’attitude de M. Lamarche ainsi que celle des conseillers lors de la séance de travail qui précédait, il était prévisible que l’ambiance allait être détendue et propice à la discussion pendant la réunion publique. Un peu comme l’a fait la mairesse par intérim, Ginette Bellemare, après la démission d’Yves Lévesque, M. Lamarche a dirigé les échanges de façon très respectueuse et n’a pas hésité à indiquer aux conseillers ainsi qu’aux fonctionnaires présents qu’il ne maîtrisait pas encore totalement le fonctionnement de l’appareil municipal. «J’assimile beaucoup d’informations. Les gens autour de la table m’en fournissent énormément. Mais maintenant, j’ai hâte d’être bon. J’ai hâte d’être utile à ma ville. J’ai présentement l’impression d’être un élève au volant, mais bientôt, je serai le conducteur de l’autobus», a-t-il imagé avant de répéter qu’il avait véritablement l’impression d’avoir rallié tous les conseillers, même ceux ayant appuyé son adversaire Jean-François Aubin, à sa cause.

Le nouveau maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, est allé à la rencontre des citoyens présents à la fin de la séance publique.

«Nous sommes rendus ailleurs. Nous formons une équipe. L’harmonie, la chicane, ce sont des thèmes que l’on n’aborde plus», a-t-il poursuivi.

Le conseiller du district Marie-de-l’Incarnation, Denis Roy, a tenu des propos qui vont dans le même sens que ceux du nouveau maire.

«C’est un autre style d’animation et de direction des débats. Je pense que c’est plus ouvert. J’ose croire que ça va être vraiment utile lorsque l’on travaillera sur des dossiers un peu plus chauds. Le style de Jean Lamarche, ça pourrait faire la différence dans la manière de dénouer des impasses», a-t-il souligné.

En ce qui concerne ces «dossiers chauds», le conseiller a également salué le fait que le nouveau maire n’a pas tenu à en parler d’entrée de jeu. Rappelons que Jean Lamarche s’est positionné contre des projets chers à certains conseillers, dont la mise en place de la philosophie de sécurité routière Vision zéro, pendant sa campagne électorale.

«Ça me dit que sa volonté qu’on travaille ensemble est plus grande que celle de faire son point à tout prix et d’avoir raison sur des questions spécifiques. Si on apprend à travailler ensemble, on va apprendre à discuter», espère-t-il.

Un fils fier de son père

Par ailleurs, le fils de Jean Lamarche, Émile, était présent dans l’assistance afin d’assister à cette soirée importante pour son père. Accompagné notamment de sa tante et de son cousin alors que sa mère était restée à la maison avec sa sœur cadette, il s’est dit très fier de son paternel. Le jeune garçon a d’ailleurs bien l’intention de devenir un habitué du conseil municipal.

«Je vais essayer de venir le plus souvent possible. Et quand je ne pourrai pas, je vais le regarder en webdiffusion», a-t-il dit.