Jean-Guy Dubois a sauté en parachute pour ses 70 ans.

Jean-Guy Dubois saute en parachute pour ses 70 ans

Pas de cadeaux de grand-père pour le maire. À 70 ans, le premier magistrat de Bécancour, Jean-Guy Dubois, a réalisé son premier saut en parachute, gracieuseté de sa conjointe.
<p>Le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, qui chante la pomme à sa conjointe avant de partir.</p>
Malgré la chute de 8000 pieds à laquelle il devait faire face quelques dizaines de minutes plus tard, M. Dubois ne semblait pas plus énervé qu'à l'habitude.
«Je suis moins stressé avant un saut en parachute qu'avant une assemblée de la MRC», lançait-il en riant.
L'orgueil avait-il pris le dessus? Une chose est certaine, il a donné l'exemple d'un grand-père brave à ses quatre petits-fils venus le voir s'envoler. Évidemment, son fan club ne se limitait pas aux quatre blondinets. Sa conjointe, ses deux filles et même un couple d'amis étaient présents pour assister à l'exploit.
«Mon testament est sur le bureau, je n'ai pas eu le temps de le finir, vous vous arrangerez», ricanait-il avant d'ajouter «Ils ont assisté à ma montée comme maire, ils vont maintenant voir la descente.»
C'est sous les regards attentifs de ses proches que le maire s'est finalement posé, 8000 pieds plus bas. «Super expérience, vraiment plaisant», s'exclamait-il.
Questionné ensuite à savoir si le saut en parachute était plus stressant que le saut en politique, M. Dubois répond «qu'en tout cas, le saut en parachute est pas mal moins long».
C'est donc bel et bien l'avocat de formation qu'on retrouvait après le saut lorsqu'il déclarait que «le moment où j'ai eu le plus peur, c'est quand j'ai signé trois fois comme quoi j'acceptais que je pouvais mourir-là», terminait-il.