Le chef du PQ est de passage en Mauricie jusqu’à vendredi afin de discuter avec les citoyens de son programme électoral.

Jean-François Lisée en Mauricie: une visite à saveur électorale

Shawinigan — À moins de onze mois des prochaines élections provinciales, le chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée, ne souhaite pas perdre de temps concernant la présentation de son programme électoral.

M. Lisée est de passage en Mauricie pour un court séjour de deux jours, afin de rencontrer les citoyens de la Mauricie et répondre à leurs questions sur le sujet.

S’il est conscient que rien n’est gagné d’avance, il reste toutefois confiant de pouvoir déloger les libéraux dans la région de la Mauricie lors des prochaines élections.

«Le recul des libéraux rend désormais tous les comtés compétitifs. On l’a d’ailleurs vu aux élections partielles de Saint-Jérôme. C’est pourquoi je pense que tous les comtés sont récupérables en Mauricie. Même si on ne peut les dévoiler immédiatement, on aura de bonnes candidatures à présenter dans la région aux prochaines élections», a-t-il précisé en entrevue au Nouvelliste.

De passage dans un restaurant de Shawinigan jeudi soir, M. Lisée a pris un bain de foule, tout en laissant la parole aux citoyens présents sur place lors d’une période de questions, afin de répondre à leurs préoccupations. Une cinquantaine de personnes, partisanes ou non, s’étaient d’ailleurs réunies pour l’occasion, jeudi.

Parmi les sujets abordés, le domaine de la santé et la volonté de changement au sein du gouvernement ont émané du discours de M. Lisée.

Concernant l’épineuse question d’un possible doublement de l’autoroute 55, de la portion située de Saint-Grégoire jusqu’à la jonction de l’autoroute 20, le chef du PQ mentionne que sans vouloir faire de promesses aux citoyens, il reste tout de même favorable à cette option.

«Le 1er octobre 2018, si on est élu, on va regarder quel est l’état d’avancement de ce projet, afin de savoir si les aménagements actuels font le travail ou si on doit aller plus loin dans ce dossier. Mais je suis très ouvert à l’idée d’aller plus loin avec ce projet, sans toutefois nuire aux travaux en cours.»

Un fonds de diversification bénéfique pour la région

Après la mise sur pied du fonds de diversification économique pour la région de la Mauricie et du Centre-du-Québec à la suite de la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2 par le gouvernement péquiste, en 2012, Jean-François Lisée a soutenu en entrevue avec le Nouvelliste qu’en aucun cas, il n’a douté de ses bienfaits pour la région, même si ce dernier a été administré par les libéraux au cours des dernières années.

«Actuellement, le fonds a encore sa raison d’être. Je regardais le rapport d’étape sur la création d’emplois dernièrement et ça se passe assez bien. Maintenant, il faut travailler sur la qualité des emplois offerts. Ce projet a été une réussite sur toute la ligne. On verra à la fin de cette entente si on a besoin d’aller plus loin.»

La santé au cœur des priorités

Une chose est certaine, Jean-François Lisée assure qu’il fera du domaine de la santé, son cheval de bataille si son parti est élu aux prochaines élections. 

«Je veux faire comprendre aux électeurs qu’il faut faire confiance aux 200 000 professionnels de la santé, que ce soit les infirmières, les psychologues ou les orthophonistes qui, chacun dans leur domaine, peuvent poser des actes cliniques supplémentaires, sans donner une cote aux médecins. Ce changement va directement augmenter la fluidité et la qualité des services, et ce, sans coûts supplémentaires. Ça existe en Ontario et ailleurs dans le monde, mais au Québec, on est encore au 20e siècle à ce sujet là, alors il faut que ça change», a-t-il martelé. 

Il soutient par ailleurs que la hausse de la rémunération des médecins devra être revue, lui qui propose d’annuler complètement ces hausses afin d’investir cet argent dans le soutien à domicile.