Le candidat défait à la mairie de Trois-Rivières, Jean-François Aubin, n’a clairement pas l’intention de voter pour Yves Lévesque aux élections fédérales.

Jean-François Aubin et la candidature d'Yves Lévesque au fédéral: «Regardons en avant, pas vers le passé»

TROIS-RIVIÈRES — Le candidat défait à la mairie de Trois-Rivières, Jean-François Aubin, y est allé d’une charge à fond de train sur sa page Facebook, vendredi, disant non à la candidature d’Yves Lévesque comme candidat conservateur dans Trois-Rivières. M. Aubin, qui avait aussi affronté M. Lévesque à la mairie en 2017, dit avoir voulu agir de la sorte par souci de permettre aux gens de se rappeler aussi de ce qui a été fait dans le passé, et non juste de retenir un discours ou une cassette politique qui alimenterait la réflexion des électeurs.

«À l’élection municipale de 2017, il s’était engagé à compléter son mandat. Pourtant quelques mois à peine après son élection, il revenait sur sa parole en disant vouloir se présenter aux élections fédérales. Cela nous a conduits à une autre élection municipale en mai 2019 qui aura coûté 1 million $ aux Trifluviens et Trifluviennes. Bref, une personne qui ne tient pas sa parole», écrit-il notamment.

M. Aubin déplore aussi que les préoccupations environnementales d’Yves Lévesque ne rejoignent pas nécessairement celles des Trifluviens. «En 2019, nous avons besoin d’un ou une députée préoccupée par l’environnement et la transition énergétique, deux sujets très loin dans les priorités de Yves Lévesque. (...) Nous avons besoin d’un leader rassembleur comme député, ce que n’est pas Yves Lévesque qui a toujours soulevé beaucoup d’opposition», ajoute-t-il avant de conclure: «Regardons en avant, pas vers le passé»!

En entrevue téléphonique, M. Aubin s’est défendu d’agir par animosité envers M. Lévesque. Dans une publication antérieure où il faisait une sorte de post-mortem de la campagne à la mairie, il indiquait croire qu’en partie, les sorties d’Yves Lévesque durant la campagne électorale pour l’élection partielle à la mairie ont pu influencer le vote. Toutefois, M. Aubin soutient qu’il aurait tenu le même discours sur sa candidature chez les conservateurs même sans ces sorties qui ont visiblement influencé la campagne.

«Il y a rarement des hasards en politique. Mais ce que j’ai publié, je l’aurais publié même si M. Lévesque n’avait pas dit un mot durant la campagne électorale. Je n’ai pas agi par animosité, mais parce que je trouve important que les gens aient sur la table l’ensemble des éléments pour alimenter leur réflexion. Souvent, les gens ne suivent pas de façon assidue la politique et peuvent parfois avoir la mémoire courte», souligne-t-il.

Lévesque réagit

Appelé à réagir à ces propos, le candidat conservateur Yves Lévesque a invité Jean-François Aubin à se retirer totalement de la vie politique. «Clairement, il est amer de sa défaite. Je trouve ça désolant et triste, mais la politique est ainsi faite», a-t-il indiqué, se disant choqué de constater que des gens se permettent de critiquer qu’il ait pu avoir des problèmes de santé nécessitant son retrait temporaire de la vie publique.

«J’aurais pu rester à la mairie, ne plus rien faire et encaisser mon chèque de paie. J’ai choisi d’arrêter, d’aller prendre soin de moi et de miser sur ma santé et ma famille. Mais là je vais mieux, et ce n’est pas une surprise que je me présente au fédéral. J’en parle depuis 1999. Tout ce que je voulais faire au niveau municipal a été accompli. Je sens que je peux apporter beaucoup sur la scène fédérale et mon seul but en politique a toujours été d’améliorer l’organisation que je représente», indique Yves Lévesque, qui compte également faire de la pyrrhotite et des normes plaçant certaines victimes dans la zone grise l’une de ses priorités afin de pouvoir, à long terme, modifier le Code du bâtiment.

«Je pense que M. Aubin est amer. Moi, je ne dis pas aux gens quoi faire. Jean Lamarche a été élu maire et je lui offre mon soutien, mais je n’irai jamais lui dire quoi faire ou comment prendre ses décisions. M. Aubin voulait se retirer, je l’invite à se retirer», a-t-il conclu.