Le député de Trois-Rivières, Jean-Denis Girard.

Jean-Denis Girard a transmis de l’information sur l’AMF

Trois-Rivières — Le député de Trois-Rivières, Jean-Denis Girard, a rencontré récemment le bureau de la vérificatrice générale du Québec pour lui transmettre des informations sur l’Autorité des marchés financiers. Une démarche qui, dit-il, est reliée à son poste de vice-président de la Commission de l’administration publique.

C’est que dans l’exercice de ses fonctions, il est appelé à se préparer à l’avance pour questionner la gestion des ministères ou organismes en présence. Or, c’est en préparant pendant plusieurs semaines l’audition récente de l’AMF qu’il a recueilli des informations. 

«En tant que député et citoyen, je trouvais pertinent de partager certaines informations avec la vérificatrice générale pour l’aider dans le travail qu’elle aura à faire. Moi, c’est ma contribution pour faire avancer le dossier. Je ne suis pas enquêteur, ce n’est pas à moi à faire la lumière là-dessus. Je ne peux pas confirmer si elles sont vraies», a-t-il expliqué au Nouvelliste par rapport à des noms d’entreprises et certaines allégations.

Au sein de cette Commission, M. Girard siège aux côtés de Guy Ouellet depuis deux ans. «À la lumière des faits qui ont été allégués, de l’arrestation de Guy, l’interprétation de certaines données que j’avais prennent un tout autre sens», admet le représentant trifluvien à l’Assemblée nationale.

Lors de l’audition avec l’AMF, celui-ci a rappelé que la Commission de l’administration publique est l’une des meilleures au Canada, se démarquant, dit-il, par son impartialité et son travail de collaboration avec la vérificatrice générale du Québec.

«C’est sûr qu’on a entendu des choses graves et préoccupantes. C’est extrêmement important pour nous de s’assurer que, lorsqu’il y a des sujets comme ceux-là, on utilise les bons outils, les bons forums, comme parlementaires, pour pouvoir avoir les bonnes réponses. J’ai personnellement beaucoup de questions. Nous sommes tous à la recherche des faits et de la vérité. S’il y a des irrégularités, nous allons aller au fond des choses», avait-il déclaré.

Dans son allocution, le député de Trois-Rivières avait souligné l’indépendance dont jouit la Commission de l’administration publique dans l’organisation de ses travaux.

«À titre de député et citoyen du Québec, je vais continuer à travailler afin que la population du Québec et l’ensemble des députés puissent connaître la vérité sur les différents événements. Je me fie à 100 % à l’audit qui va être réalisé par la vérificatrice générale et je veux, par le fait même, inviter tous les gens, les députés ou autres, qui ont des informations pertinentes, qui possèdent de l’information, à la transmettre au bureau du vérificateur général du Québec», avait conclu M. Girard.