Jean Chrétien

Jean Chrétien n'est plus sans emploi

Deux des noms les plus connus du cabinet d'avocats Heenan Blaikie se sont trouvé de nouveaux employeurs.
Jean Chrétien passera au cabinet Dentons Canada. Dans un communiqué, les dirigeants du cabinet Dentons soulignent le leadership et l'expérience en diplomatie internationale de l'ancien premier ministre du Canada.
Jean Chrétien oeuvrera au bureau d'Ottawa de Dentons.
Pour sa part, le président du Comité olympique canadien, Marcel Aubut, a accepté de se joindre au cabinet d'avocats BCF, dont il deviendra associé et vice-président du conseil d'administration.
«J'ai profondément réfléchi à cette décision et à toutes les opportunités qui s'offraient à moi. Aujourd'hui, j'ai fait le choix de me joindre à BCF, un cabinet bien établi et en progression fulgurante au Québec depuis plusieurs années», a affirmé Me Aubut dans une entrevue accordée à La Presse depuis Sotchi.
Il s'est dit heureux de se joindre à un bureau qui, selon lui, incarne «mes valeurs». «Mon père m'a enseigné la loyauté, la parole donnée, j'ai vécu toute ma vie avec ces valeurs et j'ai vraiment du succès. J'ai aussi exigé cela des autres dans toutes les entreprises que j'ai dirigées. C'est ce qui m'a conduit à prendre cette décision, même si je me trouvais à Sotchi», a-t-il dit.
M. Aubut s'est dit attristé de la fermeture du bureau Heenan Blaikie. «C'est très triste parce que j'ai passé de belles années là. J'ai fusionné mon bureau, Aubut Chabot, que j'avais fondé à Québec en 1983 avec celui de Heenan Blaikie en 1998. Nous avons passé des années exceptionnelles. Heenan Blaikie n'était pas une entreprise en difficulté financière, bien au contraire. C'est tout simplement un concours de circonstances qui a fait que les associés ont décidé de se séparer. C'est quelque chose qui n'était pas nécessaire par contre», a-t-il dit.
Une trentaine d'avocats de son équipe de Québec et de Montréal accompagneront Me Aubut dans les bureaux de BCF.
Fondé en 1973, le cabinet Heenan Blaikie a été dissout la semaine dernière. Il comptait dans ses rangs, encore au cours des derniers mois, quelque 500 avocats répartis dans huit bureaux à travers le Canada.
La firme a dit en être venue à décider de sa dissolution à la suite d'une analyse en profondeur des options de restructuration qui s'offraient à elle. Cependant, elle avait précisé que plusieurs groupes de pratique, voire des cabinets entiers, poursuivraient leurs activités sous de nouvelles dénominations.
L'ex-juge de la Cour suprême du Canada Michel Bastarache ainsi que l'ex-premier ministre du Québec Pierre Marc Johnson comptaient également parmi ses associés. L'ex-premier ministre Pierre Elliott Trudeau avait également été associé à ce cabinet à la suite de sa retraite de la vie politique.
La fin des activités d'Heenan Blaikie constitue la plus importante dissolution d'un cabinet d'avocats au pays depuis la fermeture de Goodman & Carr, en 2007. Environ 140 avocats avaient alors dû se trouver un autre emploi.