Le chef de la CAQ, François Legault, était visiblement heureux d’annoncer la candidature de Me Jean Boulet dans Trois-Rivières, en compagnie de la candidate dans Champlain, Sonia Lebel.
Le chef de la CAQ, François Legault, était visiblement heureux d’annoncer la candidature de Me Jean Boulet dans Trois-Rivières, en compagnie de la candidate dans Champlain, Sonia Lebel.

Jean Boulet confirmé pour la CAQ

Marc Rochette
Marc Rochette
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES— Même si jusqu’à tout récemment, il prétendait encore que son chef, c’était le travail, voilà que Me Jean Boulet s’est présenté mardi aux côtés de François Legault, venu confirmer sa candidature caquiste dans Trois-Rivières. Les deux hommes s’étaient rencontrés à ce sujet en août 2017.

Interrogé à savoir s’il se sentait plus à l’aise de sauter dans l’arène politique maintenant que sa sœur Julie se retire, le nouveau représentant de la CAQ croit que «c’est une diversion qui aurait peut-être retenu l’attention des médias».

«Je pense que Julie a travaillé avec beaucoup d’énergie, d’intensité, de dynamisme. Elle est fière de ce qu’elle a fait. Elle a pris une décision que je respecte totalement», a-t-il simplement commenté.

Par ailleurs, Me Boulet n’a pas caché qu’il avait été un sympathisant libéral «pendant un certain nombre d’années». «J’ai rencontré des libéraux. Je n’ai pas eu de discussions avec le PLQ, il y a eu une opportunité qui s’est présentée, mais ça n’a pas duré longtemps, ça a duré l’espace d’une conversation», a-t-il admis en réponse à une question sur une possible candidature libérale.

Quand on lui demande ce qu’il fera de mieux que Jean-Denis Girard, il souligne faire partie d’une équipe qui a une vision de l’avenir. «Ce que je constate avec les libéraux, c’est qu’on a été austère et là, on saupoudre. Ce saupoudrage est un reflet d’un manque de vision et ça me préoccupe beaucoup», a-t-il répondu.

Chose certaine, François Legault s’est ouvertement réjoui de pouvoir compter sur cet avocat spécialisé dans le droit du travail qui soit autant impliqué et reconnu dans sa communauté, tantôt par sa présidence de la Chambre de commerce, tantôt par sa présidence de Centraide Mauricie, en passant par ses fonctions d’administrateurs au sein d’organisations culturelle, portuaire et de santé.

«Il va jouer un rôle important dans le développement économique de Trois-Rivières», a déclaré le chef de la CAQ sans aller jusqu’à prédire la nomination ministérielle d’un autre membre de la famille Boulet en Mauricie.

François Legault s’est toutefois engagé à relancer l’économie mauricienne et à travailler pour créer des emplois payants. «La région n’a pas réussi à remplacer les emplois payants perdus dans le secteur industriel. D’abord, le nombre d’emplois en Mauricie a reculé de 7600 depuis 15 ans et de 3100 depuis quatre ans. 

Cependant, le principal problème demeure le niveau de revenu qui est 11 % plus bas en Mauricie que dans le reste du Québec. Un écart négatif aussi important n’est pas normal. Le gouvernement du Québec doit en faire beaucoup plus pour attirer des emplois mieux payés en Mauricie», a-t-il martelé lors de la conférence de presse tenue au Musée POP, dans la salle Gilles-Boulet, oncle de Jean Boulet. Le chef a aussi déploré le fait que la région soit pénalisée fiscalement avec la taxe scolaire qui y est trois fois plus élevée que dans les Laurentides. 

Me Boulet affirme que les défis ne manquent pas en Mauricie. «Il faut augmenter les investissements dans la diversification de l’économie régionale et se donner un plan pour faire face à la pénurie de main-d’œuvre qui freine l’essor de nos entreprises», croit-il. 

Ses implications dans des causes l’ont rendu conscient «des dures réalités que sont la pauvreté et l’exclusion». «La récente entente avec les médecins spécialistes a créé un déséquilibre dans le réseau de la santé, qui exerce une grande pression sur les finances publiques, alors qu’il manque d’infirmières et de préposés aux bénéficiaires pour s’occuper de nos aînés», déplore celui qui se définit comme un «nationaliste et régionaliste». «Je suis pour un Québec fort au sein du Canada et une Mauricie forte au sein du Québec», a-t-il conclu tout en parlant de Trois-Rivières comme d’une capitale régionale.