Jean Boulet

Jean Boulet annonce 70 M$ dans un service spécialisé pour aider les jeunes à trouver leur place sur le marché du travail

Trois-Rivières — Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, a annoncé jeudi un investissement de près de 70 millions de dollars d’ici 2024 dans un service spécialisé jeune pour aider à trouver leur place sur le marché du travail.

Offert dans les carrefours jeunesse-emploi (CJE), ce service permet à des jeunes de 15 à 29 ans de se fixer un objectif professionnel qui les mènera vers un retour en formation ou sur le marché du travail.

Ce service spécialisé permettra d’aider annuellement environ 2500 jeunes à accéder au marché du travail ou à la formation. L’objectif de ce projet s’inscrit dans celui de la Grande corvée 2.0, qui est d’intégrer dans le marché du travail les personnes qui y sont sous-représentées. Le Québec compte 136 000 jeunes qui ne sont ni en emploi, ni aux études, ni en formation. Ceux-ci peuvent donc ainsi bénéficier d’un soutien adapté à leurs besoins.

Également, le ministre a profité de l’occasion pour rappeler que le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale offre une subvention salariale pour une première expérience de travail aux personnes qui risquent de connaître une période de chômage prolongée et ont besoin d’acquérir certaines compétences. Pour 2019-2020, la subvention représente un investissement de près de 24 millions de dollars.

Le tiers des participants actifs sont des jeunes de moins de 30 ans. C’est huit millions de dollars qui seront consacrés à ce groupe. Pour 2018-2019, le montant total alloué à cette subvention était de 24,5 millions de dollars. Les organismes admissibles sont les organismes à but non lucratif, les administrations municipales et les conseils de bande. À noter que, dans le cadre de ce programme, le ministère subventionne 100 % du salaire, jusqu’à concurrence du salaire minimum.

«Les jeunes représentent l’avenir du Québec. C’est pourquoi nous assurons le maintien du Service spécialisé jeune pour les aider à trouver leur place sur le marché du travail de façon durable. Investir dans la jeunesse nous permettra de contrer le phénomène de la rareté de la main-d’œuvre au Québec et nous devons nous assurer de tout mettre en place pour leur permettre de développer leurs talents, de se mobiliser et d’être partie prenante du marché du travail», a commenté le ministre Boulet.

Mis en place le 1er juillet 2016 dans le cadre d’un projet pilote, le Service spécialisé jeune a permis d’aider, à ce jour, environ 9000 jeunes.

Le Service spécialisé jeune propose aux participants des activités concrètes telles que des ateliers pratiques d’information sur le marché du travail, pour une meilleure connaissance des domaines professionnels, des ateliers de réseautage avec les employeurs, des rencontres d’information avec les ressources du milieu et des méthodes de recherche d’emploi diversifiées, y compris la production de curriculum vitæ.

Selon les dernières estimations du ministère, les jeunes constitueront 54 % de l’offre de main-d’œuvre d’ici 2026. En 2018, le taux d’emploi chez les jeunes était de 70,1 % en comparaison de 77,3 % chez les plus âgés, et plus du tiers des emplois qu’ils occupaient étaient à temps partiel (34,8 %). Ils affichaient un taux de chômage (7,4 %) plus élevé que celui des personnes âgées de 30 à 64 ans (4,9 %).

Le Réseau des carrefours jeunesse-emploi du Québec (RCJEQ) et ses membres se félicitent de cette annonce. Cet investissement s’ajoute à ceux annoncés dans les derniers mois pour renforcer l’employabilité des jeunes et démontre la volonté du gouvernement de faire des jeunes sa priorité pour lutter contre la pénurie de main-d’œuvre.

«L’annonce du ministre Jean Boulet est une excellente nouvelle pour les jeunes du Québec. Cet investissement s’inscrit dans les bonnes relations qu’entretiennent les CJE avec le ministre et le ministère. Il réaffirme, pour les cinq prochaines années, la capacité des CJE d’intervenir auprès de près de 2500 jeunes partout au Québec afin de les accompagner dans leur insertion en emploi. Rappelons également que d’ici 2023, les jeunes combleront plus de 54 % des besoins en main-d’œuvre. Ils sont la force vive du Québec», a déclaré le président du RCJEQ, Serge Duclos.