Michel Lemay réfléchit à la possibilité de démissionner de la mairie de Saint-Barnabé.
Michel Lemay réfléchit à la possibilité de démissionner de la mairie de Saint-Barnabé.

«Je ne me rendrai pas malade»: Michel Lemay pourrait démissionner de la mairie de Saint-Barnabé

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
Saint-Barnabé — «Je ne me rendrai pas malade pour ça. Il faut que le mandat soit meilleur si on veut le finir. C’est possible que je ne le finisse pas.»

La division au sein du conseil municipal de Saint-Barnabé commence à peser lourd sur les épaules de Michel Lemay. Pris dans un climat difficile depuis quelques mois, le maire réfléchit sérieusement à l’idée de démissionner avant la fin de son mandat actuel qui se termine à l’automne 2021.

«Un moment donné, on a des choix dans la vie. On appelle ça le lâcher-prise. Il y a des batailles à choisir et je ne m’obstinerai pas. La décision de démissionner est à l’étude. Je prends ça une journée à la fois. C’est la meilleure façon», confie M. Lemay, lors d’une entrevue accordée jeudi.

Le contrat de déneigement de gré à gré accordé à la ferme Fréchette en octobre dernier, mais non entériné par le gouvernement, a fait couler beaucoup d’encre. La reprise du processus d’appel d’offres sur invitation pour trouver un déneigeur, l’opposition d’une majorité de conseillers à l’adoption du budget de 2020, les accusations de la Commission municipale du Québec contre M. Lemay (il est accusé d’avoir fait preuve de favoritisme dans l’octroi du contrat à la ferme Fréchette et d’avoir manqué de respect après avoir tenu des propos déplacés envers les femmes), tous ces éléments ont causé une fin d’année 2019 fort mouvementée pour le maire. C’est sans compter la bisbille au sein du conseil.

Le maire est loin de faire l’unanimité au sein des troupes. Il est même accusé d’interagir avec les gens en menaçant de les poursuivre. «J’aime la politique, rappelle M. Lemay. On a une bonne équipe d’employés. J’ai un directeur général qui a une expertise, une réceptionniste exceptionnelle. Mais ce qu’on vit présentement dans la municipalité rend notre vie au quotidien un peu moins intéressante. Le climat au conseil est désagréable pour moi, ma conjointe et les gens qui vivent autour de moi. Mon entourage n’a pas choisi de faire de la politique.»

Le climat était d’ailleurs tendu lors des séances extraordinaires tenues en décembre pour les dossiers du budget de 2020 et du déneigement. Des conseillers avaient avoué ne plus avoir confiance au maire Lemay et des citoyens critiquaient sérieusement le style de gestion de la Municipalité.

Michel Lemay se donne quelques semaines avant de décider s’il termine ou non son troisième mandat à la mairie de Saint-Barnabé. Peu importe sa décision, il était acquis lors de son élection en novembre 2017 que ce troisième mandat est son dernier.