François Filteau est la victime de l'agression armée au parc Champlain.
François Filteau est la victime de l'agression armée au parc Champlain.

«J'ai sauvé ma cousine»

Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste
François Filteau n'est pas un héros mais il est malgré tout fier de lui. Victime de l'agression armée survenue le 1er septembre au parc Champlain, il explique que l'important pour lui est d'avoir su protéger sa cousine.
«Je suis frustré c'est sûr, mais j'ai sauvé ma cousine. C'est tout ce que je voulais. La famille est primordiale pour moi. Je devais m'interposer entre elle, et ce gars, Anton Dubé. Il était agressif et il aurait pu lui faire mal. J'ai pris sa place dans la confrontation mais cela a dégénéré», a-t-il raconté hier.
Dans la nuit du 31 août au 1er septembre vers 3 heures, le jeune homme de 21 ans a en effet été agressé par un individu armé d'un couteau de cuisine.
Il a notamment subi une lacération au visage d'une longueur de 10 centimètres, qui a d'ailleurs nécessité 18 points de suture. Le suspect, Anton Dubé, 26 ans, a été arrêté dans les instants suivants.
François Filteau précise qu'il ne connaît absolument pas son présumé agresseur.
«C'est un parfait inconnu. Nous étions un groupe de quatre personnes assises au parc Champlain, un peu sur le party mais sans plus. Lui, Dubé, est arrivé en nous demandant si on avait un bucket pour fumer du pot. J'ai répondu non et il est devenu agressif. Ma cousine lui a dit de partir mais il cherchait la confrontation. Elle l'a repoussé et c'est là que je me suis avancé pour prendre sa place», a-t-il raconté.
Tout s'est ensuite déroulé très vite. «Dubé a fouillé dans son sac à dos mais je n'ai jamais vu ce qu'il en a sorti. Je ne savais pas qu'il avait un couteau. Il s'est avancé et il y a eu du «brassage». Je me rappelle être tombé sur lui. Je ne sais pas trop ce qui s'est passé. À cause de l'adrénaline, je n'ai rien senti à part peut-être une sensation de chaleur sur ma joue mais c'était trop tard», a-t-il précisé.
C'est un ami qui l'a informé qu'il était blessé et saignait sur la joue. Il a alors vu le couteau par terre. Les policiers sont ensuite arrivés sur place; le suspect a été arrêté non loin.
«Je souhaite qu'il écope d'une peine d'un an de prison au moins. Moi, je suis défiguré avec cette cicatrice dans ma face. S'il avait mis son couteau plus bas, il me tranchait la gorge quand même!» a-t-il ajouté.
Il remarque d'ailleurs que le parc Champlain est en train de devenir un endroit dangereux.
«Mon ami d'enfance est Kevin Brousseau, celui qui a été victime d'une violente agression au couteau en juin 2007. C'est rendu pas mal hot maintenant. Je vais quand même y retourner sauf qu'il va falloir se guetter. Je vais sûrement être plus parano», a-t-il conclu.
Précisons en terminant qu'Anton Dubé, qui a formellement été accusé de voies de fait armées et voies de fait causant des lésions, devra subir une évaluation psychiatrique au cours des 30 prochains jours afin de savoir s'il était responsable de ses actes au moment de la commission de ce crime.