Jagmeet Singh célèbre sa victoire avec ses partisans.

Jagmeet Singh devient  le nouveau chef du NPD

L'Ontarien Jagmeet Singh a été élu chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) au premier tour dimanche. Il a récolté 35 266 votes, soit 53,8 % d'appui et succède ainsi à Thomas Mulcair.
M. Singh a devancé Charlie Angus qui a obtenu 12 705. La Manitobaine Niki Ashton suit à 11 374 voix. Le député québécois Guy Caron a dû se contenter de 6134 votes. Des 124 000 membres du NPD, 65 782 ont voté au premier tour.
Le charismatique politicien de 38 ans était perçu comme le favori depuis son entrée dans la course à la direction en mai. Il a réussi à attirer des milliers de nouveaux membres au sein du NPD, dépassait de loin ses rivaux pour le financement et avait obtenu le plus grand nombre d'appuis au sein des députés du caucus.
«Regardez tout ce que nous avons accompli en quelques mois, et maintenant imaginez ce que nous allons pouvoir bâtir ensemble en deux ans», a-t-il affirmé dans son discours de victoire en signalant que sa campagne pour devenir le prochain premier ministre du Canada commençait dès maintenant.
Sa candidature ne faisait toutefois pas l'unanimité au sein des députés du Québec. M. Singh, qui est de religion sikhe, porte le turban et le kirpan. Le député Pierre Nantel a notamment affirmé que ces signes religieux étaient incompatibles avec ce que les Québécois désiraient voir chez leurs politiciens.
Durant son discours, Jagmeet Singh a encore une fois dressé un parallèle entre l'expérience de ses parents en Inde et la lutte des Québécois francophones pour la sauvegarde de leur langue et de leur identité.
«Ça m'a blessé que l'expérience de mes parents se soit passée également dans mon propre pays», a-t-il raconté en ajoutant qu'il avait décidé d'apprendre le français dans un geste de solidarité.
«Je serai un allié dans la promotion de votre langue et de votre culture», a-t-il clamé.
Ses parents, originaires de la région du Punjab, ont immigré au Canada lorsqu'il était enfant.
Le député du NPD dans la circonscription de Trois-Rivières, Robert Aubin, ne cachait pas sa surprise dimanche de voir cette élection se terminer au premier tour. Il affirme qu'il avait prédit que le nouveau chef serait choisi après un deuxième tour.
«L'autre surprise intéressante, c'est que plus de 50 % des membres appuient le chef au premier tour. On parle d'un mandat assez clair, qui est fort et massif», estime Robert Aubin. «Dès lundi, on prépare la prochaine campagne électorale avec un nouveau chef et une nouvelle vision.»
La question du racisme
Jagmeet Singh, qui devient la première personne de couleur à diriger l'un des quatre principaux partis politiques sur la scène fédérale, n'a pas hésité à aborder la question du racisme.
«Grandir avec une peau brune, des cheveux longs et un drôle de nom comportait son lot de défi, a-t-il dit. J'ai déjà été arrêté par la police à plusieurs reprises à cause de la couleur de ma peau.»
Robert Aubin invite les citoyens à regarder l'homme au-delà de son turban. «Tous ceux qui parlent par préjugés sans avoir rencontré l'homme, sans le connaître et écouter ce qu'il a à dire continueront à dire des choses comme on en entend trop ces derniers temps. Quiconque prendra le temps de connaître l'homme, ses politiques et son approche progressiste sera à même de bien voir que ce n'est pas ses croyances religieuses qui le mènent», affirme le député de Trois-Rivières. 
Jagmeet Singh a promis de mettre fin au profilage racial s'il devient premier ministre du Canada en 2019.
Pour l'instant, M. Singh entend prioriser quatre enjeux en tant que chef du NPD : les inégalités sociales, les changements climatiques, la réconciliation avec les peuples autochtones et la réforme électorale.
«Les Canadiens doivent s'unir et promouvoir une politique courageuse pour combattre la politique de peur, une politique d'amour pour combattre la politique qui divise. Les Canadiens ont besoin d'une politique que seulement les néo-démocrates peuvent livrer», a-t-il affirmé.
Les néo-démocrates comptent présentement 44 députés sur les 338 qui siègent à la Chambre des communes.
Jagmeet Singh, qui occupe présentement un siège à la législature de l'Ontario, devra se faire élire comme député fédéral. Il a déjà indiqué qu'il pourrait d'abord faire une tournée du Canada pour rebâtir les appuis du NPD comme l'avait fait Jack Layton après son élection à la tête du parti en 2003.
Se faire connaître sera d'ailleurs son plus gros défi, souligne le député Alexandre Boulerice qui était demeuré neutre durant la course à la direction.
Alexandre Boulerice ne craint pas l'arrivée d'un nouveau chef qui porte des signes religieux visibles. «Jagmeet Singh est quelqu'un qui comprend très bien la séparation entre l'État et la religion», a-t-il indiqué.
Avec la collaboration de Gabriel Delisle