Le Nouvelliste
Raymond Gagnon réside au bord du fleuve à Nicolet. Il fait partie des «chanceux» pour qui la crue printanière se résume à l’isolement.
Raymond Gagnon réside au bord du fleuve à Nicolet. Il fait partie des «chanceux» pour qui la crue printanière se résume à l’isolement.

Isolés, mais au sec

Sébastien Houle
Sébastien Houle
Le Nouvelliste
NICOLET — Raymond et Céline Gagnon habitent le chemin du Fleuve est, à Nicolet, depuis quelque 35 ans. Ils ont souvent vu l’eau monter, au fil des printemps. Heureusement pour eux, leur maison est surélevée, tout comme celles de leurs voisins immédiats. S’ils se retrouvent périodiquement isolés, ils n’ont jamais eu à vivre personnellement d’inondation, à proprement parler. Ils en sont quittes pour une bonne corvée de nettoyage sur le terrain quand l’eau se retire finalement.