Louise Chabot pourrait bien faire son entrée dans la course à l’investiture du Bloc Québécois dans la circonscription de Trois-Rivières.

Investiture du Bloc québécois dans Trois-Rivières: l'ex-syndicaliste Louise Chabot serait intéressée

TROIS-RIVIÈRES — La course à l’investiture du Bloc québécois dans Trois-Rivières pourrait devenir plus intense que jamais avec les plus récentes rumeurs qui envoient dans la mêlée l’ex-présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), Louise Chabot.

Si les rumeurs s’avèrent exactes, elle rejoindrait ainsi les deux autres candidats ayant démontré de l’intérêt envers l’investiture du Bloc, soit Jonathan Beaulieu-Richard ainsi que Louise Charbonneau. Pour le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, cette possible nouvelle candidature pourrait avoir un impact à l’échelle nationale. «Je suis complètement neutre par rapport à l’assemblée d’investiture qui s’en vient. Toutefois, si Mme Chabot venait à se présenter, sa candidature serait une des plus prestigieuses du Bloc québécois, et ce, à travers tout le pays. C’est une femme exceptionnelle de par ses compétences, sa lucidité et sa grande expérience. Pour l’avoir côtoyée de nombreuses fois, Louise Chabot est une force tranquille. Elle est dotée d’une grande écoute, mais lorsqu’elle parle, ça fait boom», ajoute-t-il avant de souligner la qualité des trois candidats qui souhaitent se présenter pour le Bloc dans Trois-Rivières. Pour l’instant, aucun bulletin de candidature officielle n’a été émis par l’un ou l’autre des candidats ayant démontré de l’intérêt.

D’ailleurs, la relation entre le parti et Louise Chabot n’en est pas à ses balbutiements. Celle qui a quitté la présidence de la CSQ en juin 2018 a effectivement déjà œuvré à titre de vice-présidente du bureau national du Bloc québécois. Elle est également une habituée de la région, possédant une résidence à Saint-Mathieu-du-Parc et ayant de nombreuses années d’engagement à Trois-Rivières et ailleurs en Mauricie.

L’une des adversaires qu’elle devrait affronter, Louise Charbonneau, quant à elle, accueille cette nouvelle de façon très positive. «Je trouve qu’il s’agit d’une excellente nouvelle qui démontre à quel point le Bloc québécois est vivant. Avec trois candidats dans notre circonscription, force est d’admettre que le Bloc est sur la bonne lancée en vue des prochaines élections. De plus, ça confirme que Trois-Rivières est une cible de choix pour les candidats souhaitant s’impliquer au sein du parti», soutient-elle.

Militante bloquiste depuis de nombreuses années, Mme Charbonneau se dit nullement intimidée par la présence de ses deux adversaires. «Malgré leur feuille de route, je ne suis pas du tout intimidée par les autres possibles candidats à l’investiture. Mon équipe est composée de gens de qualité et est formée pour mener à bien ma course à l’investiture. Les Trifluviens ont besoin d’une personne de la région. Dans les dernières années, plusieurs candidats de pointe n’ont pas réussi en raison de leur origine. Étant originaire du Cap-de-la-Madeleine et ayant fait de Trois-Rivières une priorité dans ma vie, je suis en confiance face à l’investiture. Jusqu’à maintenant, je reçois même d’excellents commentaires sur le terrain.» Elle dit également avoir obtenu suffisamment de signatures et être sur le point d’officialiser sa candidature à l’investiture.

En ce qui a trait au troisième candidat potentiel, le pharmacien et ex-porte-couleurs des Alouettes de Montréal, Jonathan Beaulieu-Richard, il ne se dit pas affecté par la venue d’une troisième personne dans la course. «Ça ne change absolument rien pour moi. Je vais présenter ce que j’ai à offrir et je suis persuadé que les gens sauront choisir le candidat qui leur apparaît le meilleur. Ayant une carrière et une jeune famille, je sais que la vie continue même si je perds la course.»

Le Bloc plus prêt que jamais

Par ailleurs, le chef du Bloc québécois se dit plus d’attaque que jamais en vue des prochaines élections fédérales qui se tiendront en octobre prochain. «Quand je suis arrivé, les coffres du parti étaient complètement vides et voilà que nous sommes en voie de réaliser la meilleure campagne de financement de l’histoire du Bloc. Nous sommes quand même moins bien nantis que les plus grands partis au pays, mais nous sommes confiants que la qualité de nos candidats fera la différence. Notre offre politique se démarque aussi grandement de celles des autres partis», a fait savoir Yves François-Blanchet.

En attendant la véritable campagne électorale, la course à l’investiture pour le Bloc québécois dans Trois-Rivières se poursuivra jusqu’au 3 septembre, alors que la marina de la ville sera le théâtre de la cérémonie d’investiture officielle dès 18 h 30.