Louis Plamondon.

Investiture de Louis Plamondon: «une bonne claque dans le dos»

Nicolet — Alors qu’il sollicite un onzième mandat sur la scène fédérale, le député sortant du Bloc québécois dans Bécancour-Nicolet-Saurel, Louis Plamondon, aura son assemblée d’investiture, samedi, à Sorel.

«À chaque élection, je la fais tardivement, quelques jours avant la campagne électorale. C’est un bon moment pour organiser un grand ralliement, les gens sont attentifs à la cause politique et c’est très motivateur pour nos troupes», a-t-il expliqué.

Celui-ci s’attend à y voir quelque 500 militants. «Je suis très fier que les gens aient répondu avec autant de promptitude et d’empressement. Le chef Yves-François Blanchet est là, ce qui attire toujours. C’est une bonne claque dans le dos à recevoir en partant, un beau message d’estime et d’encouragement. C’est le coup de départ officiel de la campagne pour moi», témoigne le doyen à la Chambre des communes.

Le politicien de 76 ans a été élu la première fois le 4 septembre 1984. «Ça a fait 35 ans cette semaine, ce qui est pour les francophones du Québec un record depuis la dernière guerre. Mais avant la dernière guerre, fin des années 1800, début 1900, il y en a un francophone qui a fait 36 ans et deux mois. Alors, si jamais je suis réélu et que je fais mon terme, je serai le seul francophone du Québec et du Canada à avoir siégé aussi longtemps sans interruption», souligne-t-il fièrement.

Selon lui, l’événement de samedi marque ainsi le coup de départ de plusieurs semaines «infernales, intenses et un peu folles». Et déjà lundi, il participera à un débat sur l’agriculture à Sorel. «Trois débats sont déjà annoncés. C’est la nouvelle mode. La dernière élection, j’ai eu six débats», conclut celui qui devra affronter le conservateur Pierre-André Émond, la libérale Nathalie Rochefort et le candidat du Parti vert du Canada, David Turcotte. La candidature du NPD n’est toujours pas connue.