L'annonce de l'arrivée de la compagnie Hason s'est faite mardi matin en présence de Jean Lamarche, maire de Trois-Rivières, de Gaétan Boivin, pdg du Port de Trois-Rivières, de Denis Blain, pdg d'Hason, de Jean Boulet, ministre régional, et de François Bonnardel, ministre des Transports.

Investissement de 10 millions $ au Port de Trois-Rivières

TROIS-RIVIÈRES — La zone industrialo-portuaire de Trois-Rivières accueille son premier occupant. Le manufacturier d’équipements Hason exploitera dès décembre une usine dans un bâtiment construit par le Port de Trois-Rivières afin d’assembler des pièces destinées notamment aux secteurs chimique et pétrolier, un projet qui totalise 10 millions de dollars en investissements.

Ce projet a été confirmé mardi matin lors d’une conférence de presse où les sourires étaient nombreux devant l’ampleur de l’investissement et aussi en raison de la diversité de production qu’amène cette entreprise de Lanoraie. Quelque 40 emplois seront créés afin d’assembler ces immenses pièces d’acier (comme un réacteur de 140 pieds de long et de 900 000 livres) qui seront ensuite acheminées à destination par le port trifluvien.

«On livre des pièces durables, à forte valeur ajoutée. Grâce à l’usine de Trois-Rivières, on devient un intégrateur de composantes de procédés: on va livrer des pièces totalement assemblées», commente le pdg de Produits d’acier Hason, Denis Blain.

La construction de cette usine d’assemblage de 1800 mètres carrés est déjà commencée. Dès décembre, deux commandes seront traitées par cette usine, précise M. Blain, dont les prévisions de retombées économiques en sous-traitance sont estimées à 1,5 million de dollars.

Gaétan Boivin, pdg du Port de Trois-Rivières, estime que le projet d’Hason s’inscrit parfaitement dans la volonté du port de développer cette nouvelle zone située sur la rue Bellefeuille.

«Hason se différencie de ses concurrents. On parle d’accès à de nouveaux marchés. Mais on parle d’un dossier complexe. Les fonctionnaires du gouvernement ont été patients, car le projet a changé!»

Si ce projet a changé, c’est qu’une annonce a été faite en août 2016 par le précédent gouvernement pour l’aménagement d’un hangar de 6800 mètres carrés et d’une zone d’entreposage extérieur de 26 000 mètres carrés. L’intérêt d’Hason a amené le port à modifier son approche, mais travaille toujours dans le but de remplir cet espace dont 25 % sont réservés à ce manufacturier.

Hason investit cinq millions de dollars à Trois-Rivières, notamment dans l’achat d’équipements. La part du port trifluvien dans le projet d’Hason est de cinq millions de dollars et fait partie du budget global de 12,5 millions de dollars requis au développement de cette zone, un budget incluant la part du gouvernement du Québec de 2 492 595 $ qui s’inscrit dans la stratégie maritime du Québec.

Cette aide gouvernementale a été annoncée en 2016 et confirmée mardi par François Bonnardel. Le ministre des Transports était visiblement heureux de la tournure des événements trois ans après cette première annonce.

«On veut être attractif, particulièrement dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre»

Jean Boulet, député de Trois-Rivières et ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale

«Le Port de Trois-Rivières est un vecteur économique important pour la région: 250 navires par année, 3,9 millions de tonnes métriques de marchandises transbordées. C’est un défi d’attirer des entreprises. On souhaite être plus que des partenaires dans la stratégie maritime pour créer une région forte.»

Jean Boulet est heureux d’accueillir 40 emplois dans sa circonscription, dont cinq seront pourvus par des travailleurs étrangers. Le député de Trois-Rivières et ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale est d’avis que cet apport de nouveaux emplois permettra de stimuler l’économie du coin et assure qu’il mettra son ministère à contribution pour soutenir Hason dans des efforts de recrutement et de formation.

«On veut être attractif, particulièrement dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre. Hason fait des activités de recrutement en Tunisie, au Costa Rica. Ce sont 40 emplois bien rémunérés. On va accueillir des travailleurs étrangers temporaires qui répondent à des besoins concrets du marché du travail»

Le maire de Trois-Rivières était un autre intervenant à la mine réjouie, mardi matin. Jean Lamarche rappelle le défi que représente le transport de pièces surdimensionnées. «Ça se met sur l’eau, sur les rails. On a la démonstration du moyen de nos ambitions.»

Le port s’attend à ce que Hason achemine ses pièces surdimensionnées au port à trois ou quatre reprises durant l’année. Cette opération nécessitera certains ajustements dans la logistique de transport par route vers le port, notamment l’enfouissement ou la surélévation de fils.