Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La photo illustre le travail d’un monteur de ligne dans une nacelle, lors d’une opération sur le réseau aérien.
La photo illustre le travail d’un monteur de ligne dans une nacelle, lors d’une opération sur le réseau aérien.

Interruptions d’électricité planifiées, un passage obligé

Audrey Tremblay
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Trois-Rivières — Alors que le télétravail est obligatoire pour les prochaines semaines et que les élèves doivent suivre leurs cours en ligne, les interruptions planifiées d’électricité d’Hydro-Québec sont montrées du doigt par certains clients. La société d’État est sensible à la situation, mais affirme que les travaux doivent être faits pour des raisons de sécurité. C’est le cas notamment de l’interruption planifiée prévue vendredi matin dans le secteur Trois-Rivières Ouest qui touchera une centaine de clients.

L’interruption planifiée dans ce secteur sera d’une durée de 4 heures maximum, de 9h15 à 13h15, indique Hydro-Québec. Ces travaux sont nécessaires avant l’arrivée des grands froids. Ils visent à remplacer des équipements afin d’équilibrer les charges sur le réseau.

«Il vaut mieux les réaliser selon un horaire planifié plutôt que de mettre à risque la fiabilité du service électrique pour nos clients, ce qui alors pourrait occasionner des pannes de plus longue durée», explique Véronique Trépanier, conseillère – relations avec le milieu Centre-du-Québec et Mauricie chez Hydro-Québec.

Hydro-Québec assure qu’elle prend en compte plusieurs facteurs dans la planification de ses travaux qui nécessitent une interruption planifiée soit: l’urgence des travaux, la nature des travaux, nos capacités opérationnelles et la température.

La société d’État se dit très sensible à la situation actuelle concernant le télétravail et l’école à la maison.

«On le vit tous! Dans certains cas, on évalue la possibilité d’effectuer les travaux le soir ou la fin de semaine. Dans ce cas-ci, ce n’est pas possible parce que ce sont des travaux sur le réseau en aérien. Les travaux ne peuvent pas être réalisés la nuit pour la sécurité des équipes au travail. Ce sont des contraintes au niveau de la santé et de la sécurité pour lesquelles on ne peut pas passer à côté.»

Il faut dire qu’Hydro-Québec vivait la situation inverse avant la pandémie alors que les clients demandaient «de tenir ces interruptions durant les heures ouvrables autant que possible, car ils n’étaient pas à la maison. Maintenant nous tentons de nous ajuster le mieux possible à la nouvelle réalité».

Depuis le début de la crise, Hydro-Québec informe ses clients 72 heures à l’avance au lieu de 24 afin qu’ils puissent se préparer en conséquence.

«On sait qu’il y a beaucoup de gens qui sont à la maison et c’est pour leur donner le temps de se préparer. Lorsque les clients reçoivent un appel automatisé d’Hydro-Québec pour les informer de l’interruption, il y a aussi des recommandations qui viennent avec ça comme de débrancher les appareils électroniques avant l’interruption», a conclu Mme Trépanier.