La comédienne Sylvie Potvin, porte-parole d’Intergénérations Québec, animera un forum participatif le 23 mai prochain, à Trois-Rivières, dans le cadre de la Semaine québécoise intergénérationnelle.

Intergénérationnel: évaluer les bienfaits pour mieux promouvoir

TROIS-RIVIÈRES — Pendant que le gouvernement caquiste propose des mesures pour encourager les plus de 60 ans à demeurer ou retourner sur le marché du travail, un forum se tiendra le 23 mai prochain à Trois-Rivières pour évaluer les «bienfaits de l’intergénérationnel» de manière plus large. Si les relations entre les aînés et les jeunes ont longtemps été pensées dans une perspective de transmission d’une génération vers l’autre, aujourd’hui c’est davantage dans une dynamique d’échange que l’on tente de briser les solitudes, explique Matthieu Fannière, chargé de projet et de communication chez Intergénérations Québec.

C’est dans le cadre de la Semaine québécoise intergénérationnelle que l’organisme qui vise à favoriser le rapprochement entre les générations a réuni une dizaine d’intervenants à l’occasion d’un forum participatif intitulé «Les bienfaits de l’intergénérationnel. Comprendre pour agir». Chercheurs et acteurs du milieu discuteront ainsi de l’apport et des retombées de pratiques intergénérationnelles pour les individus et les communautés. Le forum, animé par la comédienne Sylvie Potvin, porte-parole d’Intergénérations Québec, se veut l’élément phare de la semaine.

«L’intergénérationnel peut être partout, du moment que l’on fait participer toutes les générations et que l’on n’a pas de préjugés envers les différents âges», explique Matthieu Fannière. Il peut sembler évident que les rapprochements entre générations sont de nature positive, concède le chargé de projet. Toutefois, précise-t-il, pouvoir s’appuyer sur des données probantes est parfois crucial quand vient le temps de s’asseoir avec des décideurs pour mettre en place des programmes ou pour avoir accès à du financement.

Ce sont donc une dizaine d’intervenants intéressés par la question qui seront réunis au Club de golf Métabéroutin, le 23 mai prochain de 9 h à 16 h. Au nombre de ceux-ci, on souligne la participation d’Étienne St-Jean et de Julie Fortier, tous deux professeurs à l’Université du Québec à Trois-Rivières. On tente de déplacer l’événement dans différentes régions au fil des années, indique-t-on.

On profitera de l’occasion pour dévoiler l’identité des gagnants du concours de la Semaine québécoise intergénérationnelle, qui récompense les initiatives intergénérationnelles les plus originales et les plus porteuses. Les trois finalistes des cinq différentes catégories seront sur place pour assister à l’annonce des lauréats.

Si le forum vise à se pencher sur le bienfait des pratiques en place pour en mesurer leur portée, il demeure un événement grand public, ouvert à tous, insiste Matthieu Fannière. Celui-ci souligne que la période repas a été prolongée cette année et qu’un «espace café» a été prévu pour faciliter le réseautage.

Les frais d’inscription sont de 30 $ par personne et de 20 $ pour les étudiants. On accédera au site d’Intergénérations Québec, jusqu’au 15 mai, pour réserver sa place: https://www.intergenerationsquebec.org/forum2019