De gauche à droite: Louis Gendron, directeur général du Cégep de Trois-Rivières, Jean-Denis Girard, député de Trois-Rivières et Daniel McMahon, recteur de l’UQTR.

Installations sportives à l'UQTR et au Cégep: enfin de l’amour!

TROIS-RIVIÈRES — «Tous savent, dans la région, que notre terrain synthétique et son environnement avaient besoin d’amour», rappelle le recteur de l’UQTR, Daniel McMahon. Or, de l’amour, le terrain synthétique de soccer, la piste d’athlétisme et les estrades de l’Université et même les blocs de départ de sa piscine intérieure vont en avoir pour 3,5 millions $, dont 1 750 000 $ proviendront de contributions du gouvernement du Québec.

Toute la députation libérale de la région était au Stade des Diablos du Cégep de Trois-Rivières, lundi, pour faire cette annonce puisque les députés venaient aussi, par la même occasion, accorder une aide financière de 967 000 $ pour un investissement totalisant 1 977 000 $ au stade du Cégep.

Le terrain synthétique des Diablos, qui compte quinzaine d’années d’usure, sera refait à neuf. Les estrades seront elles aussi changées. L’éclairage sera refait et utilisera des LED beaucoup moins énergivores. Une piste de course sera aussi aménagée autour du terrain.

Dans les deux cas, les travaux seraient exécutés soit au printemps ou à l’été 2019. Notons que dans les deux cas aussi, le public aura accès aux installations à raison d’environ 1000 heures par année, même peut-être un peu plus à l’UQTR, signale le recteur.

Daniel McMahon indique que les futures installations répondront «aux normes actuelles de sécurité des fédérations sportives de la province ainsi que du pays» et répondront même aux normes de la FIFA (Fédération internationale de football association).

«Cela ouvrira la voie à plusieurs options de développement pour la région dans la mesure où l’on pourra accueillir des compétitions de très haut calibre. Il paraîtrait que ça se peut qu’on envisage de retourner aux Jeux du Québec. Imaginez avec les investissements que l’on annonce aujourd’hui pour le Cégep et pour l’Université», laisse-t-il entendre

En ce qui concerne la piste d’athlétisme de l’UQTR, le recteur rappelle qu’elle avait été construite en 1975, «à l’époque des Jeux du Québec», dit-il.

Le terrain de soccer de l’UQTR et ses estrades sont en piteux état après avoir servi pendant 40 ans.

À elle seule, cette nouvelle piste coûtera environ 1 million $. «On va répondre aux normes internationales des fédérations d’athlétisme», précise M. McMahon.

«Ce nouvel aménagement nous donne de nouvelles opportunités, pour l’Université, mais également pour toute la communauté locale et régionale. Il peut permettre en effet aux équipes des Patriotes de tenir des entraînements et des joutes officielles à domicile. De plus, il permettra le développement de camps de jour, de journées sportives scolaires au service des écoles primaires et secondaires de la région et profitera à toute la communauté sportive de la Mauricie.

Le directeur général du Cégep de Trois-Rivières, Louis Gendron, estime que des installations sportives de qualité attirent de la clientèle de l’extérieur de la région dans l’établissement.

«Les installations au stade des Diablos avaient plus de 15 ans. Ça vieillit assez rapidement avec le soleil et la neige. La vie utile de cette installation-là était terminée», dit-il. Les nouveaux équipements serviront aussi aux équipes de flag football, de soccer, autant au niveau des jeunes que des adultes. C’est une installation qui appartient complètement à sa communauté.

On se rappellera que sous l’ancienne administration de l’UQTR, il avait été question d’un important projet d’aréna sur le campus de l’UQTR.

Sous l’administration McMahon, on a plutôt décidé de rafraîchir l’infrastructure actuelle qui est fermée depuis deux ans. «Il y a une très grande demande au niveau du soccer», explique le recteur. «On sait que le soccer est le sport le plus populaire. Cet équipement-là va servir aux Patriotes, mais va aussi servir à toute la population trifluvienne et de la Mauricie. On jugeait que c’était important», dit-il.

Pour ce qui est de la piste d’athlétisme, «on n’en a pas beaucoup dans la région. Donc, encore une fois, si jamais la région vise à reprendre les Jeux du Québec ou les Jeux du Canada, ce seront des infrastructures essentielles pour pouvoir attirer des événements majeurs», fait-il valoir.

Les travaux à l’UQTR se feraient «l’été prochain, on l’espère», dit-il en précisant que les équipements occuperont la même superficie qu’actuellement.