Insolite

La plus ancienne peinture figurative provient d’Asie

PARIS - Vieille de 40.000 ans et quelque peu énigmatique: la peinture d’un animal ornant une grotte de Bornéo vient de révéler son grand âge devenant «la plus ancienne oeuvre figurative connue» et confirmant que l’art rupestre n’est pas une invention purement européenne.

«Nous avons daté des peintures rupestres de Bornéo et déterminé que l’art figuratif s’y est développé il y a au moins 40.000 ans, plus ou moins en même temps qu’en Europe», explique à l’AFP Maxime Aubert de l’université australienne Griffith, coauteur de l’étude.

Ce trésor (au milieu de milliers d’autres) avait été découvert dans une grotte de la province de Kalimantan, la partie indonésienne de l’île de Bornéo, par le Français Luc-Henri Fage, dans les années 1990. Mais seules de récentes avancées en matière de datation ont permis de déterminer qu’il s’agissait de la «plus ancienne oeuvre figurative connue».

Elle représente un gros animal, non identifié, dont on distingue le corps épais et quatre pattes fines. «Probablement un banteng», un boeuf sauvage d’Asie, estime Maxime Aubert. «C’est incroyable de voir ça. C’est une fenêtre intime sur le passé».

Le bovidé nous apparaît dans les tons rouge-orangé, mais les chercheurs soupçonnent que les artistes avaient plutôt choisi le violet. Les pigments auraient viré au cours du temps.

Selon l’étude publiée mercredi dans la revue Nature, cette découverte conforte l’idée que l’art rupestre, l’une des plus importantes révolutions de l’histoire culturelle de l’homme, n’est pas apparu en Europe (comme nous l’avons longtemps pensé), mais en même temps à deux extrémités du globe.

Artistes voyageurs

Maxime Aubert et ses collègues avaient déjà fait vaciller la traditionnelle vision européocentrée en annonçant en 2014 avoir découvert, sur l’île indonésienne de Sulawesi, une main humaine peinte en négatif vieille d’au moins 39.900 ans.

Si un disque rouge découvert dans la grotte d’El Castillo en Espagne est daté d’au moins 40.800 ans, la peinture figurative la plus ancienne retrouvée en Europe, un rhinocéros de la grotte Chauvet en France, aurait entre 35.300 et 38.800 ans.

«Qui étaient les artistes de Bornéo et ce qui leur est arrivé reste un mystère», note Pindi Setiawan, du Bandung Institute of Technology (ITB) en Indonésie et coauteur de l’étude, dans un communiqué de l’université Griffit.

La balance penche tout même vers les Homo Sapiens que l’on sait déjà présents sur l’île à cette époque. Et pour Maxime Aubert, «c’est sûrement le même groupe d’humains qui est ensuite allé à Sulawesi».

Des artistes voyageurs que le chercheur compte bien continuer à pister, notamment en enquêtant plus à l’Est vers l’Australie. N’écartant pas la possibilité de débusquer d’autres groupes d’artistes: «l’homme moderne était présent en Asie du Sud Est (et en Australie) il y a au moins 70.000 - 60.000 ans. Pourquoi n’a-t-on pas trouvé de peintures datant de cette époque ?», s’interroge-t-il.

De magnifiques personnages, longilignes et chevelus, se donnant souvent la main, ont été peints dans la même grotte il y a 20.000 ans. Fait troublant: c’est justement à cette époque que les Européens se sont également mis à représenter le monde des humains.

Insolite

Des passagers d’un avion se rebiffent contre une cargaison trop malodorante

JAKARTA - Une cargaison de durian, ces fruits asiatiques particulièrement malodorants, a provoqué l’immobilisation d’un appareil indonésien pendant une heure après une rébellion des passagers refusant de s’envoler en subissant sa puanteur.

Le durian est très prisé des gourmets du sud-est asiatique qui le considèrent comme le «roi des fruits» grâce à sa texture crémeuse et son goût similaire à certains fromages bleus, mais son odeur est comparée par ses détracteurs à celle des égouts, du vomi ou de chaussettes sales.

Il est interdit dans les lieux publics dans plusieurs pays d’Asie.

Les passagers du vol de Sriwijaya Air qui devait partir de Bengkulu sur l’île de Sumatra vers Jakarta lundi ont refusé d’embarquer, incommodés par l’odeur et inquiets du poids de la cargaison.

Le transporteur aérien a reconnu que les soutes de l’appareil étaient chargées de plus de deux tonnes du fruit malodorant, mais ont souligné que cette cargaison était sans danger et que l’odeur devait se dissiper une fois en vol.

«Le durian n’est pas considéré comme un produit dangereux dans les avions», a insisté Abdul Rahim, un responsable de la compagnie aérienne sur la chaîne Kompas TV mardi soir.

Il a mis la puanteur sur le compte de la chaleur inhabituelle et a souligné que le personnel avait pris des mesures, notamment en répandant de la poudre de café sur les fruits, pour tenter d’absorber l’odeur.

Finalement le transporteur aérien a débarqué la cargaison de durian et les passagers ont pu repartir une heure plus tard vers Jakarta.

L’aéroport de Bengkulu a indiqué que les procédures concernant le transport de durian seraient révisées pour éviter à l’avenir d’incommoder les passagers.

Insolite

En Italie, les chiens truffiers ont leur propre «université»

RODDI - «Allez Rocky, cherche bien!». «Voilà, bravo!». Le labrador remue la queue, heureux d’avoir réussi à débusquer le trésor: une truffe. Pendant trois semaines, Rocky a suivi les cours de «l’Université des chiens truffiers» en Italie et fait désormais la fierté de son maître.

À la tête de cette «académie» pas comme les autres, située à Roddi (nord-ouest) figure Giovanni Monchiero, qui comme ses père, grand-père et arrière-grand-père, peut transformer de simples canidés en chiens truffiers.

«Entraîner un chien à chercher des truffes est quelque chose de très simple, il faut juste avoir beaucoup de patience et partir du fait que pour eux, c’est un jeu», explique Giovanni, 55 ans.

«On commence en faisant jouer le chien avec la truffe. Moi, j’utilise de la truffe fraîche, mais ceux qui n’en ont pas peuvent mettre un peu d’huile parfumée à la truffe sur une balle de tennis. On la lance, le chien doit la récupérer et on le récompense avec des croquettes.»

Ensuite, le maître complique le jeu en lançant la truffe dans un endroit herbeux, où le chien ne voit pas où elle tombe.

«Là, il faut commencer à donner des commandes vocales: allez, cherche bien, tu l’as trouvée, bravo! Il faut toujours le féliciter et le récompenser», souligne Giovanni.

Insolite

Pot de chambre en main, Bill Gates défend la «révolution des toilettes» en Chine

PÉKIN - Multimilliardaire et philanthrope, Bill Gates a posé dans sa vie aux côtés des grands de ce monde. Il ne s’était encore jamais montré en public avec à la main un pot rempli d’excréments.

Le fondateur de Microsoft a réparé cette lacune mardi en apparaissant à Pékin à côté d’un récipient de déjections humaines dont la couleur et la forme ne laissaient rien à l’imagination.

Objectif pour le richissime Américain: attirer l’attention sur le manque de toilettes dans les pays en développement.

«Dans les endroits qui n’ont pas d’assainissement, il y en a beaucoup plus que là-dedans», a-t-il déclaré, montrant le pot posé à côté de lui alors qu’il s’adressait à un forum sur l’avenir des toilettes dans le monde.

«Quand les enfants vont jouer dehors, ils sont exposés à ça tout le temps», a martelé le milliardaire. «Ce n’est pas juste une question de qualité de vie, c’est lié aux maladies, à la mort et à la malnutrition», a-t-il dit.

L’ancien patron de Microsoft a expliqué que les excréments dans le contenant renfermaient potentiellement 200 000 milliards de cellules de rotavirus, 20 milliards de bactéries Shigella et 100 000 oeufs de vers parasites.

Des pathogènes comme ceux-là, a-t-il ajouté, causent des maladies qui tuent chaque année près de 500 000 enfants âgés de moins de cinq ans.

À la tête de sa fondation humanitaire, la Bill & Melinda Gates Foundation, le philanthrope a consacré une partie de sa fortune à la généralisation des toilettes dans le monde, en particulier des toilettes sèches utilisables dans les zones en manque d’eau.

Besoins en plein air

Selon l’Unicef, près de 900 millions de personnes n’ont pas d’autre choix que de faire leurs besoins en plein air. Dans un pays comme l’Inde, c’est encore le cas de 150 millions d’habitants contre 550 millions en 2014, selon New Delhi.

Bill Gates a rendu hommage aux efforts faits par la Chine pour améliorer l’hygiène de ses toilettes publiques, jadis repérables de loin par leur odeur. Le président Xi Jinping fait encore campagne lui-même pour une «révolution des toilettes» dans la deuxième économie mondiale.

«La Chine a la possibilité de lancer un nouveau type de solutions d’assainissements innovantes qui ne seront pas connectées au réseau d’égouts», a estimé Bill Gates.

Ce n’est pas la première fois que Bill Gates fait sensation dans son auditoire afin d’appuyer son message.

Lors d’une conférence aux États-Unis en 2009, il avait lâché une armée de moustiques dans le public afin d’évoquer les dangers du paludisme... attendant une bonne minute avant d’expliquer que les insectes en question n’en étaient pas porteurs.

Plus de 20 compagnies et institutions académiques présentent de nouvelles technologies sanitaires pendant trois jours durant la conférence «Reinvented Toilet» tenue à Pékin, d’une toilette autonome jusqu’à une petite station d’épuration autoalimentée appelée Omni Processor.

+