Selon le quotidien The Guardian, les candidats libéraux-démocrates plus délicats pourront utiliser le slogan plus modéré «Stop Brexit».

Le parti libéral-démocrate anglais dit «Merde au Brexit»

LONDRES — Le Parti libéral-démocrate britannique a dévoilé jeudi son nouveau slogan de campagne des élections européennes: «Merde au Brexit».

Avec ce slogan au ton très familier, ce parti centriste, qui a enregistré de bons résultats aux élections locales la semaine dernière, cherche à se positionner comme le parti favorable à l'Union européenne, face au Parti du Brexit. Ce dernier, situé de l'autre côté de l'échiquier politique, caracole en tête des sondages avec un message simple : le gouvernement a trahi les électeurs ayant voté pour le Brexit au référendum de 2016.

«Cela fait 50 ans que nous sommes le parti pro-Europe», a déclaré le chef des lib dem, Vince Cable, au quotidien The Guardian.

À deux semaines du scrutin, organisé le 23 mai, les libéraux démocrates sont concurrencés par Change UK, un nouveau parti politique composé d'anciens députés conservateurs et travaillistes qui s'opposent également à la sortie de l'UE et souhaitent un deuxième référendum sur le Brexit.

Change UK n'a pas voulu former d'alliance avec le Parti libéral-démocrate et les Verts, les deux autres principaux partis opposés à la sortie de l'UE.

Le slogan «Bollocks to Brexit» (Merde au Brexit) n'avait jusqu'à présent été utilisé que par des militants, dont l'homme d'affaires Charlie Mullins, qui avait affiché ces mots sur une affiche géante placée au-dessus des bureaux de sa société de plomberie, Pimlico Plumbers.

Le mot «bollocks» - employé au Royaume-Uni - désigne à la fois les testicules et les «conneries». Le terme a été rendu célèbre par l'album Never Mind The Bollocks du groupe britannique de punk Sex Pistols.

Selon le quotidien The Guardian, les candidats libéraux-démocrates plus délicats pourront utiliser le slogan plus modéré «Stop Brexit».

Sur Twitter, Darren Grimes, qui milite pour le divorce avec l'UE, a estimé que ce parti souhaitait «tellement attirer l'attention» qu'il était «prêt à faire un doigt d'honneur aux millions de personnes qui ont voté pour le Brexit et qui y croient».

Le Royaume-Uni devait à l'origine quitter l'Union européenne le 29 mars, mais a dû repousser deux fois la date du départ, faute de soutien des députés britanniques à l'accord de Brexit conclu en novembre entre Londres et Bruxelles. La nouvelle date limite a été fixée au 31 octobre - et pourrait encore être repoussée.