Le «mangeur de Hot dogs professionnel» américain Joey Chestnut
Le «mangeur de Hot dogs professionnel» américain Joey Chestnut

C’est mathématique: impossible de manger plus de 84 hot dogs en 10 minutes

PARIS - Les champions du gobage de hot dogs connaîtront désormais les limites: un humain ne peut en avaler plus de 84 en 10 minutes, selon une étude qui a passé au crible des modélisations mathématiques le traditionnel concours américain Nathan’s.

Un professeur de physiologie, spécialiste des performances sportives, s’est demandé un jour si les modèles élaborés pour les compétitions d’athlétisme pouvaient aussi s’appliquer à la compétition d’ingestion de hot dogs, organisée chaque année depuis plus de 100 ans à New York.

Et si un intestin pouvait s’entraîner, comme on entraîne ses muscles.

Le chercheur a donc récupéré les données du «Nathan’s Famous Hot Dog Eating Contest» - dont il est fan - sur 39 ans pour les soumettre à un programme statistique, et utilisé des équations, afin de «voir si un schéma pouvait expliquer comment la performance alimentaire avait considérablement progressé», a expliqué à l’AFP le Pr James Smoliga, auteur de l’étude parue dans la revue Biology Letters.

«Les records se sont améliorés de près de 700% au fil des ans, ce qui est énorme comparé à n’importe quel évènement sportif !», a commenté ce chercheur à l’Université High Point aux États-Unis.

En combinant les résultats de ces équations avec les connaissances sur la plasticité intestinale humaine, il a réussi à calculer le taux maximum de consommation: 84 hot dogs en 10 minutes.

C’est dix de plus que le record actuel détenu par le «mangeur professionnel» américain Joey Chestnut (plus de 21.000 calories).

La modélisation des performances sur 5 ans montre en outre que le taux maximal de consommation de «matière fraîche» augmente au fil des ans chez les compétiteurs, à mesure qu’ils s’entraînent.

Pour faciliter l’ingestion, les candidats trempent par ailleurs le pain brioché dans l’eau pour le ramollir, et se contorsionnent pour améliorer leur transit.

«On peut voir ces candidats comme un symbole de gloutonnerie, mais en réalité le fonctionnement de leur système digestif est différent, ce qui est clairement lié à leur entraînement- même s’il est possible qu’ils possèdent une capacité physiologique inhérente», selon le Pr Smoliga.

Cet exploit intestinal n’est en tout cas pas à la portée de tous et «il est peu probable qu’une personne +normale+ soit capable de manger plus de 10» de ces sandwichs à la saucisse en 10 minutes, dit l’étude.