Le député de Maskinongé, Simon Allaire (à gauche) et le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet (au centre), sont venus faire le point sur les inondations au Centre régional de coordination gouvernementale, vendredi après-midi. Ils sont accompagnés, sur la photo, de Sébastien Doire, directeur régional de la Sécurité civile.

Inondations: plusieurs élus sur le terrain

TROIS-RIVIÈRES — Alors que l’eau continue à monter dans de nombreux cours d’eau de la région, des élus provinciaux ont réitéré vendredi leur soutien envers les sinistrés, tant pendant qu’après la crise.

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale du Québec, Jean Boulet, a fait un arrêt en fin d’après-midi au Centre régional de coordination gouvernementale, à Trois-Rivières, où se côtoient les divers intervenants mobilisés pour faire face aux inondations. Il en a profité pour saluer le travail réalisé par ces intervenants, mais aussi des bénévoles qui sont venus en aide aux riverains depuis un peu plus d’une semaine.

«Je veux souligner l’engagement des bénévoles, des militaires, les villes, le gouvernement du Québec, a-t-il indiqué. Tout le monde travaille de façon proactive et ici, au centre des opérations, tout le monde travaille en équipe. C’est dans l’épreuve humaine qu’on reconnaît la force des Québécois et des Québécoises.»

Le député de Maskinongé, Simon Allaire, accompagnait le ministre Boulet au Centre régional de coordination gouvernementale. Il a pour sa part fait un nouvel appel à la solidarité de la population mauricienne.

«Demain (samedi), il y a une journée de congé, alors si les gens ont du temps à donner, je pense que c’est le temps d’aller aider les sinistrés sur le terrain, a-t-il lancé. Il y a encore beaucoup de poches de sable à transporter, ça va donner un bon petit coup de main.»

Les inondations se sont par ailleurs taillé une place dans les discussions qu’a eues la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, avec des élus municipaux de la région. «On a parlé de plusieurs sujets et c’est sûr qu’on a parlé des inondations, notamment avec les schémas d’aménagement du territoire, a souligné Mme Laforest. On a parlé aussi de la cartographie des zones inondables.»

Mme Laforest a ajouté que son ministère est déjà en mode «solution» pour aider les municipalités à se relever de cette crise environnementale. «On a tout de suite pensé à des programmes pour aider les municipalités, on a des téléphones au niveau des maires, des mairesses pour les relocalisations et pour l’habitation, on est vraiment là en soutien, a-t-elle souligné. Oui, après la crise, on va être prêt. Notre ministère a toutes les solutions en mains et on va être là pour aider.»

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, est également passé dans la région, vendredi. Il a visité le secteur de Pointe-du-Lac afin de constater l’ampleur des inondations et de sentir la réalité des gens qui ont les deux pieds dans l’eau. Il a indiqué son soutien à l’idée du gouvernement du Québec d’inciter des riverains victimes d’inondations à déménager en échange d’une compensation financière.

«Un programme de délocalisation, préférablement volontaire, il faut aller là. Je sens une volonté réelle de déployer des mesures. Et ça compte», a déclaré le chef du Bloc québécois.

Ce dernier a émis le souhait que les milliards de dollars investis par le gouvernement fédéral afin de soutenir l’industrie pétrolière dans l’ouest du pays soient ramenés au Québec pour adopter des mesures concernant les changements climatiques.

«On a des choix de société à faire», a souligné M. Blanchet.

Avec Martin Lafrenière