Le soldat Carl Boisvert fait partie des militaires qui ont quitté Shawinigan.

Inondations: les militaires quittent la région

Après un mois de travail intense, les militaires venus en Mauricie pour soutenir les municipalités aux prises avec les inondations rentrent chez eux.
Les réservistes basés à Shawinigan ont quitté les lieux, lundi.
Autant la demande pour de l'aide était pressante au début de mai, autant les choses sont maintenant presque réglées. Voilà pourquoi les instances gouvernementales ont annoncé lundi matin le retrait des Forces armées canadiennes du territoire québécois touché par les inondations. Ça a été le cas à Shawinigan, où les quelque 100 réservistes installés au manège militaire depuis une douzaine de jours ont plié bagage lundi après-midi.
«On avait reçu un ordre d'avertissement cette nuit (la nuit de dimanche à lundi) sur le retrait des troupes. Les centres de coordination des mesures d'urgence ont tous été fermés au Québec et c'est de là qu'on reçoit les tâches à faire. Les militaires quittent aujourd'hui (lundi)», commente le capitaine Pierre Leblanc, officier aux affaires publiques des Forces armées canadiennes.
Quelque 70 militaires sont arrivés dans la région le 6 mai. Le nombre a grimpé jusqu'à 500 au plus fort de la crise et ceux-ci ont été très utiles pour remplir et installer des milliers de sacs de sable afin de protéger de nombreuses maisons de la crue des eaux.
Lorsque l'eau a commencé à descendre, ils ont passé des heures à enlever les mêmes sacs de sable et à retirer certains gros débris comme des troncs d'arbre. Et parallèlement à ces tâches, ils circulaient dans les municipalités touchées par les inondations pour s'enquérir de l'état d'esprit des sinistrés.
«Les militaires sont fiers d'avoir servi les gens d'ici, ajoute le capitaine Leblanc. Les missions au Québec ont fait une différence. On a asséché des quartiers avec des digues, on a protégé des maisons contre la crue des eaux. Les gens sont très contents.»
Il n'y a pas que les militaires qui sont contents de leur travail. La Sécurité civile n'a que de bons mots à l'endroit des Forces armées canadiennes.
«Leur contribution a été très appréciée. J'ai parlé à des Municipalités, à des gens, et ils étaient extrêmement satisfaits. Ils ont donné un bon coup de main et ont été disponibles jusqu'à la toute fin», raconte le directeur régional, Sébastien Doire, qui salue l'apport de SOS Inondation Mauricie, du Service d'intervention d'urgence civil du Québec en Mauricie et de nombreux bénévoles.
Parlant de municipalités, celle de Louiseville a été sévèrement touchée par les inondations. Yvon Deshaies avait d'ailleurs manifesté très clairement son désir de garder une présence militaire dans la région durant toute la durée des inondations et pour les corvées de nettoyage. Le maire de Louiseville se dit grandement satisfait de l'apport des militaires.
«Il n'y a plus de demandes pour les militaires depuis plusieurs jours. Ils sont restés suffisamment sur le terrain. Et cette expérience démontre que, dans l'avenir, il faut que l'armée vienne lors de petites catastrophes. Avec l'armée, au niveau des services d'urgence, on est en voiture. On est même en camion blindé!»
Le départ des militaires fait en sorte qu'ils seront absents de la grande corvée de nettoyage de la municipalité de Batiscan. Cette corvée aura lieu samedi avec une cinquantaine de bénévoles, dont une vingtaine provenant de la Ville de Québec.
«La Ville de Québec va arriver samedi avec des équipements, de la machinerie. On aura nos pompiers volontaires, les employés municipaux, les membres du conseil et des citoyens. On va être là pour effacer les inondations: on va enlever les sacs de terre et de sable, on va réparer des terrains et des chemins, on va mettre de la gravelle sur le quai et on va fleurir la municipalité avec nos demi-barils au coin des rues, près de la caisse populaire et au quai», énumère la mairesse, Sonya Auclair.
Quelque 13 000 sacs de sable ont été utilisés pour protéger les résidences de l'eau qui était encore très haute la semaine dernière. C'est la raison pour laquelle la Municipalité a refusé l'aide des militaires qui offraient de les enlever il y a quelques jours. Les citoyens qui veulent conserver des sacs pourront le faire. Ceux qui ne seront pas récupérés seront envoyés dans un écocentre, car la Municipalité ne conservera pas de sacs de sable.
Le niveau du fleuve diminue
Malgré la pluie, le niveau du fleuve continue de descendre. Le lac Saint-Pierre était à 2,24 mètres lundi en fin d'après-midi, une nette diminution par rapport à la semaine dernière.
«On s'approche tranquillement du niveau du lac en été qui est de 1,7 mètre», se réjouit M. Doire.
Quelques secteurs sont toujours partiellement inondés. C'est le cas entre autres pour une dizaine de maisons de la route Langue-de-Terre à Maskinongé qui sont toujours entourées d'eau.