En collaboration avec l’armée ou la Sûreté du Québec, les intervenants vont à la rencontre des riverains touchés en embarcation.

Inondations: «Les gens font preuve d’une bonne résilience»

TROIS-RIVIÈRES — Des intervenants psychosociaux du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) sont à pied d’œuvre dans les municipalités touchées par les inondations. Ils vérifient que le moral des riverains tient le coup en cette période de crise.

«Depuis le début, les intervenants psychosociaux sont déployés pour s’assurer qu’aucune personne présentant de la détresse soit laissée à elle-même. Ce qui est observé sur le terrain par ces intervenants, c’est surtout que les gens étaient quand même globalement bien préparés. En plus, ils peuvent compter sur l’excellent soutien de l’ensemble des partenaires qui sont impliqués notamment l’armée, la Sécurité publique, soit la Sûreté du Québec ou la sécurité municipale, ainsi que les municipalités. Ces partenaires font aussi des tournées. Ils nous aident beaucoup dans le repérage», explique Guillaume Cliche, porte-parole du CIUSSS MCQ.

En collaboration avec l’armée ou la Sûreté du Québec, ces intervenants vont donc à la rencontre des riverains touchés en embarcation. Le but est de repérer les gens qui ont besoin d’un soutien ou d’un accompagnement psychosocial. Pour le moment, la plupart des sinistrés gardent le moral. «Les gens font preuve d’une bonne résilience, bien qu’on remarque de plus en plus de l’épuisement et de la fatigue, ce qui est tout à fait normal. Chaque personne va avoir une capacité différente à gérer tout ça. Certains vont avoir besoin de plus d’accompagnement que d’autres, donc on est là justement pour ça», note M. Cliche.

Le service Info-social s’assure de relancer les gens qui peuvent présenter certains signes de détresse. «Ils vont rappeler ces gens-là pour vérifier comment leur solution évolue, s’ils ont besoin de plus de soutien, de plus d’accompagnement, si on peut leur fournir de l’aide de quelque façon que ce soit. C’est vraiment de l’accompagnement qui est offert», précise le porte-parole.

Ce service n’est pas près de prendre fin. «Lorsque l’eau va se retirer, le vrai travail va commencer. Les gens vont marquer le réel impact de tout ça. C’est peut-être là que les gens vont avoir le plus besoin d’aide. (...) Ce n’est pas parce que l’eau se retire qu’on va faire la même chose. Au contraire, on va être de plus en plus présent.»

Du soutien psychosocial est disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 en composant le 811, option 2. Des intervenants psychosociaux qualifiés sont disponibles pour conseiller les gens, leur donner de l’information ou les référer aux ressources appropriées de la région, assure le CIUSSS.

«Il ne faut pas hésiter à demander de l’aide ou à nous informer si on est témoin d’une situation qui nous préoccupe chez un de nos voisins, de nos amis, de nos proches», conclut M. Cliche.