Le député libéral sortant dans Trois-Rivières, Jean-Denis Girard.

«Il est quelques années en retard»

Trois-Rivières — Le député libéral sortant dans Trois-Rivières, Jean-Denis Girard, vient de jeter les gants pour la première fois dans la campagne électorale contre son opposant caquiste, Jean Boulet.

C’est qu’au cours des dernières semaines, le candidat de la CAQ a multiplié les annonces par rapport au centre-ville, soit l’instauration d’un quartier des affaires et de l’innovation et la création d’un centre de recherche.

«Je comprends mal où il veut en venir. On a déjà plusieurs entreprises techno. Mon adversaire est quelques années en retard. Où était-il dans les deux, trois dernières années? Il manque d’information. L’université est déjà mise à contribution dans les projets. Je vais inviter mon adversaire à faire le tour des entreprises. On est déjà en mutation dans le quadrilatère des rues Royale et Notre-Dame, ainsi que des Forges et Saint-Georges. Ce qu’on voit depuis les dernières années, c’est qu’il y a une transformation qui s’est opérée au centre-ville et ce, grâce à une collaboration des différents intervenants», a fait savoir au Nouvelliste M. Girard.

D’ailleurs, celui-ci se réjouit de cette stratégie d’acquisition de bâtiments existants mise de l’avant par Innovation et Développement économique Trois-Rivières.

«Comme gouvernement, on doit être un facilitateur pour appuyer IDETR. Son directeur général, Mario De Tilly, travaille déjà depuis fort longtemps à développer le centre-ville. Depuis quelques années déjà, on est en transformation de façon importante. On a redonné aux municipalités le droit d’exercer leur plein pouvoir quant aux orientations de développement économique et IDETR le fait excessivement bien. On a toujours répondu présent pour appuyer leurs idées de développement», a souligné le candidat libéral.

Celui-ci se plaît à énumérer les changements des quatre dernières années: le centre d’affaires IDETR dans l’édifice François-Nobert, l’Accélérateur d’entreprises, sur la rue des Volontaires, coin Royale, Epsilia, qui cohabite dans un édifice sur le coin Royale et des Forges avec Pluritag, Progi, qui a emménagé en plein centre-ville, sur la rue Saint-Georges, Factora, sur la rue Champlain, et 3R Coworking, sur la rue Notre-Dame.

Et à cela s’ajoute, dit-il, le nouveau campus mauricien de l’École des entrepreneurs du Québec au centre-ville et bientôt le Centre d’événements et de congrès interactifs qui ouvrira ses portes le 25 septembre prochain.

«Le travail est fait par IDETR, il a déjà un plan pour le développement du centre-ville qui est très élaboré. Je ne veux pas nier tout le travail qui a été effectué jusqu’à maintenant», conclut Jean-Denis Girard.